Les bordelais se sont mobilisés massivement

eric Bordage

— 

De plus en plus de jeunes dans les cortèges bordelais.
De plus en plus de jeunes dans les cortèges bordelais. — S.Pouzet/20 Minutes

«Je ne veux pas travailler quand je serai un papi!». Du haut de ses 8 ans, Victor ne s'en laisse pas compter. Même si les problèmes d'annuités le dépassent un peu il a emmené son tambour pour «faire du bruit avec papa» dans le cortège qui s'apprête à quitter la place de la Victoire. Papa c'est Philippe, 52 ans, professeur des écoles à Langoiran:
« Maintenant il faut faire du bruit! Il y en a marre de la politique ultralibérale du gouvernement». Non loin de là, bon pied bon œil et quelques générations de plus Marcel, 99 ans, arbore fièrement son badge d'époque, CGT tramineau: «Je suis venu pour soutenir les jeunes et représenter les vieux» déclare-t-il appuyé sur sa fille venue l'épauler.

«La cerise sur le gâteau»
Une foule compacte et intergénérationnelle avance en direction des quais. Ici et là des fonctionnaires et des salariés du privé, des familles, des plus âgés et plus d'un millier d'étudiants et lycéens dont certains s'étaient retrouvés dès le début de la matinée devant la mairie de Bordeaux tandis que d'autres bloquaient à la même heure l'entrée de plusieurs établissements scolaires. A tout juste 19 ans Mathilde,en terminale au lycée hôtelier de Talence ne « se voit pas travailler dans ce métier à 60 ans passés». Son ami Loïc se dit lui «en total désaccord avec la politique du gouvernement qui pénalise les plus pauvres».
«Le fossé se creuse»
Dans le cortège «largement supérieur en nombre à celui du 2 octobre» selon Corinne Versini de la CGT Aquitaine de nombreuses banderoles faites maison. Sur celle de Cathy, 42 ans employée de mairie on peut lire : « Assez de cadeaux pour la France d'en haut et assez de coups pour la France d'en bas». Elle entend protester au-delà du problème de la réforme des retraites : «Le fossé se creuse de plus en plus contre les riches d'un côté et les autres. La classe moyenne a disparu. La retraite c'est la cerise sur le gâteau…». L'intersyndicale a prévu de se réunir ce matin à trois jours de la prochaine manifestation automnale.

Transports

De nombreuses perturbations sont à attendre demain du coté de la SNCF en raison de la reconduction du mouvement de grève nationale. Un TGV sur trois seulement devrait circuler et 61% du trafic des TER serait assuré. La direction régionale conseille aux voyageurs de se renseigner en appelant le 0 825 90 36 35. En revanche en ce qui concerne les bus et les trams TBC, le réseau des transports en commun de la communauté urbaine de Bordeaux annonce un retour à la normale.