« Il faut que la justice passe pour les victimes »

— 

Bafrosa Gauthier est originaire du village voisin de celui du docteur Munyemana. Sa famille a été directement touchée et elle est membre de l'association des parties civiles dans le génocide du Rwanda. Elle faisait partie d'une délégation de dix personnes venues demander hier l'extradition du médecin:
« La justice française a le droit de ne pas reconnaître les tribunaux gatchatchas (tribunal coutumier rwandais) mais que faire ? Nous avons déposé plainte depuis 16 ans... » Pour Bafrosa Gauthier, « il faut que la justice passe pour réhabiliter les victimes ». Reste à pouvoir reconstruire une vie en commun : « Comment vivre quand vous êtes la fille d'un homme qui a tué sa femme parce qu'elle n'était pas de la même ethnie ? Certains se taisent car ils sont employés par leurs bourreaux.»e. b.