Sourds, mais pas assez entendus

© 20 minutes

— 

« Nous sommes sourds, et pas malentendants. » Comme les 85 000 personnes atteintes de surdité en Gironde, Roger Rodriguez, secrétaire général du Comité représentatif des identités sourdes, est fier de son identité. Demain, à l’occasion de la Journée mondiale des sourds, il installera des stands place Saint-Projet. « Le but est de faire connaître notre monde, notre langue, et de perdre cette image d’handicapés », dit-il avec ses mains. « Nous n’avons pas de manque, sauf face à des administrations inaccessibles pour nous. » A Bordeaux, il reste beaucoup à faire : si l’hôpital Pellegrin, la Macif ou les impôts ont embauché des personnes sourdes ou formées à la langue des signes, cela reste très marginal. « A la sécurité sociale, à la CAF, à la préfecture, rien n’a été fait », regrette le secrétaire général. La seule solution revient parfois à louer les services d’un interprète, que le bénéficiaire paie lui-même de sa poche. Anne Coulon Place Saint-Projet, de 10 h à 18 h.