le jackpot d'un casino en période de crise

Éric Bordage

— 

La salle de poker du casino de Gujan-Mestras jouit d'une « réputation nationale ».
La salle de poker du casino de Gujan-Mestras jouit d'une « réputation nationale ». — P. SAURA / 20 MINUTES

Avec une fréquentation en hausse de 18 % au mois d'août, l'activité machines à sous du casino du lac de la Magdeleine, à Gujan-Mestras, a connu une belle performance. Une affluence qui a boosté le restaurant accolé aux salles de jeux (+30 %). Les péripéties qui ont jalonné l'ouverture de l'établissement, à commencer par la bataille judiciaire menée en 2006 autour de l'autorisation d'installer des machines à sous, semblent bien loin aujourd'hui.

Numéro deux en Gironde
Les actionnaires ont même réussi à hisser ce casino à la deuxième place en Gironde (sur une demi-douzaine dans le département), derrière celui du groupe Barrière à Bordeaux. « Nous avons investi dans la dernière technologie de machines, ce qui a permis d'attirer une nouvelle génération de joueurs, déclare le directeur, Santob Tolédano. De même, notre salle de poker a désormais une réputation nationale. » Il constate néanmoins une « baisse du panier moyen joué de 60 à 25 € » et un décrochage des joueurs réguliers au profit d'une clientèle plus occasionnelle : « Avant, les Français avaient le choix entre le loto et les casinos. Aujourd'hui, il faut ajouter le jeu en ligne. » C'est sur ce terrain que se déroule désormais la guerre du jeu.
Une « partie perdue d'avance » pour le directeur du casino de Gujan-Mestras, qui prédit que « 20 % des casinos devraient à terme disparaître ». En trois mois, six établissements comme celui de Luchon (Haute-Garonne) ont déposé le bilan. Les cartes devraient être rapidement redistribuées avec des concentrations et des partenariats, à l'image du « rapprochement entre la Française des jeux et le groupe Barrière », qui se lancent dans le poker en ligne.