Klaus a fragilisé les landes

ELSA PROVENZANO

— 

Les ravages de la tempête Klaus du 24 janvier 2009 dans la forêt des Landes.
Les ravages de la tempête Klaus du 24 janvier 2009 dans la forêt des Landes. — travers / sipa

Hier à Biscarrosse, 300 hectares de forêt ont été ravagés par les flammes d'un incendie dont l'origine est pour le moment inconnue. « Malgré des systèmes de préventions qui comprennent l'aménagement de pistes pour l'intervention des pompiers et une surveillance accrue, on recense 350 à 450 départs d'incendies chaque année dans la forêt des Landes. Mais, la plupart sont rapidement circonscrits » remarque Evence Richard, préfet des Landes. Les fortes températures, la baisse de l'hydrométrie et la sécheresse de la végétation concourent à favoriser ces départs d'incendies.
En prévision de la chaleur du week-end, le préfet pourrait produire un arrêté de niveau 2, c'est-à-dire l'interdiction de circuler dans les forêts pour les particuliers et les professionnels.

Un déblayage à recommencer
Les chablis, vestiges des arbres tombés lors de la tempête Klaus de janvier 2009, augmentent le risque d'incendie. « Aujourd'hui, 23 000 hectares ont été nettoyés sur 65 000 », précise le préfet des Landes. Mais, une infestation parasitaire massive en cours contraint à repasser sur les zones déblayées.
« Notre profession est sinistrée car rien n'a été fait pour gérer l'après-tempête ! » s'emporte Christian Pinaudeau, secrétaire général du syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest.

gestion financière

Les 110 millions d'euros issus du Fonds de solidarité de l'Union européenne, dont 52 millions ont été débloqués pour le nettoyage des parcelles, devront être utilisés avant octobre 2010.