Des passages à niveau toujours dangereux

Stéphanie Lacaze

— 

L'accident au passage à niveau de Cadaujac en 2008 avait fait trois morts.
L'accident au passage à niveau de Cadaujac en 2008 avait fait trois morts. — P. Saura / 20 Minutes

« Aux passages à niveau, ralentissez ! » Le message de la Journée mondiale de sécurité aux passages à niveau, qui a lieu aujourd'hui, est simple mais se veut percutant. 98 % des accidents sur une voie ferrée sont en effet dus à un non-respect du code de la route de la part des automobilistes qui traversent les voies. Les derniers accidents mortels survenus en Gironde, comme celui d'Aubie-et-­Espessas qui avait fait un mort au mois d'avril et celui de Cadaujac où trois personnes avaient perdu la vie fin 2008, « illustrent bien », selon Réseau ferré de France (RFF), cette problématique.

Moins de passages dangereux
Pourtant, en Aquitaine, le nombre de passages à niveau jugés « préoccupants » est passé de 30 à 17 en l'espace de deux ans, depuis le lancement du plan Bussereau. Il en reste encore quatre en Gironde : au Teich, à Pauillac, à Saint-Macaire et au Pian-sur-Garonne. Mais celui de Saint-Médard de Guizières, classé dangereux en 2008 a depuis fait l'objet d'améliorations. Ceux de Bassens vont être sécurisés dans l'année. RFF et la région préfèrent en effet changer le revêtement sur la voie ou renforcer la signalisation, car la suppression d'un passage à niveau coûte très cher, « entre 3 et 5 millions d'euros ». Ceux du Teich et de Saint-Macaire devraient pourtant bientôt disparaître.