La carte scolaire diminue à vue d'oeil

©2006 20 minutes

— 

A l'issue du comité départemental de l'Education nationale, l'inspecteur académique a annoncé hier les ouvertures et fermetures de classes primaires

Mais avec 52 postes pour la Gironde, contre 121 l'année dernière, les syndicats enseignants restent évidemment sur leur faim

Vingt-deux classes seront fermées pour la rentrée 2006, en raison d'une baisse importante de l'effectif

L'augmentation attendue pour la prochaine rentrée oscille entre 800 et 1 000 élèves, contre 1 500 élèves, en moyenne, les années précédentes

Et le doute plane sur 43 classes, pour lesquelles l'inspection académique attend les inscriptions de juin et la rentrée de septembre pour se prononcer définitivement

Les syndicats redoutent les classes surchargées, en zone d'éducation prioritaire (ZEP), notamment

A grand renfort de chiffres, l'académie affirme que les quotas d'élèves, 26 en maternelle, 3,5 en primaire et trois de moins pour les ZEP par classe sont respectés

Par ailleurs, la scolarisation des enfants de moins de 3 ans risque d'en pâtir

Avec 11,7 % des élèves de 2 ans scolarisés, contre 25 % en 2001, la Gironde a déjà du retard

Cette année, les syndicats se sentent lésés car le nombre de mesures négatives (fermetures et blocages) a quasiment doublé et les ouvertures de classes – 66, dont 20 à confirmer – ne sont guère impressionnantes

Ils se sont d'ailleurs réunis en intersyndicale pour demander un nouveau plan de rattrapage du nombre de postes pour la prochaine dotation

A l'image de celui qui s'est achevé à la dernière rentrée et qui avait demandé plusieurs années de mobilisation

Orianne Dupont

besoins Le Bassin d'Arcachon, la troisième couronne en périphérie de Bordeaux (Créon, Salleboeuf, Martignas...) et Bordeaux intra-muros sont les zones où le manque de professeurs des écoles se fait le plus sentir.