La lutte contre le CPE se prépare

©2006 20 minutes

— 

Chômage ou précarité ? Les jeunes refusent ce choix en rejetant le contrat première embauche (CPE)

Ils étaient près de deux cents hier, dans un amphi de Bordeaux-III, à débattre sur le sujet et à préparer la manifestation d'aujourd'hui, lors de l'assemblée générale du collectif de mobilisation pour le retrait du CPE

Au cours de cette réunion, le débat a rapidement été monopolisé par les groupes politiques présents sur le campus, malgré la création du collectif

Le manque de préparation est flagrant : les mêmes arguments sont répétés, les étudiants ont l'air perdu et les propositions (créer une commission lycée, associer d'autres revendications au sein du mouvement

) ne semblent pas convaincre

« Nous n'avons eu qu'une semaine pour informer, entre les examens et les vacances », explique Stéphane Haar, du collectif

En revanche, ce que tous ont saisi, c'est que le CPE serait néfaste et que la présence à la manifestation est essentielle

« Il nous est interdit de perdre ce combat, avance un représentant du mouvement des jeunes socialistes

Les étudiants savent que l'enjeu est important, car la précarité, ils la vivent déjà

» « Aujourd'hui, pendant le mois d'essai, on n'a pas le sentiment d'appartenir à l'entreprise, déplore Mathilde, étudiante en informatique, et cette période est stressante

Alors deux ans

» Marie aussi a une expérience de salariée et pour elle, la période d'essai est synonyme de docilité : « J'ai travaillé au McDo et le premier mois, j'ai dû faire trente-cinq heures, alors que mon contrat était de vingt heures

» Les étudiants présents hier ne croient pas le gouvernement lorsqu'il prétend que le CPE permettra de lutter contre la précarité des jeunes et la multiplication des CDD

« C'est un moyen de nous virer plus facilement », s'inquiète un intervenant

Orianne Dupont La manifestation partira à 11 h 30 de la place de la République

cours Le conseil d'administration de Bordeaux-I a accepté de déplacer les cours, aujourd'hui, pour permettre aux étudiants de manifester et éviter les perturbations à la fac.