Préfet et département se jettent la pierre

©2006 20 minutes

— 

La guerre est déclarée entre le conseil général et la préfecture

L'arme du crime ? La délégation de compétence pour l'aide à la pierre

Il s'agit de la possibilité donnée à une collectivité locale de gérer les aides de l'Etat pour la construction de logements sociaux

Mardi, le préfet, Francis Idrac, l'a accordée à la CUB car « elle peut réaliser le programme de cohésion sociale dans de meilleures conditions », explique François Pény, secrétaire général de la préfecture

La CUB s'est notamment engagée à construire 900 logements sociaux et à remettre 300 logements vacants sur le marché

Le conseil général qui sollicitait aussi cette délégation attendait donc son tour qui ne viendra que

l'année prochaine

« Le projet n'est pas tout à fait conforme au plan de cohésion sociale, argumente François Pény, et on se demande toujours si le délégataire est prêt à atteindre ses objectifs

Il faut approfondir le dialogue »

« La préfecture refuse de travailler avec le département », commente simplement Gilles Savary, conseiller général socialiste

Le préfet n'aurait guère apprécié la réticence de Philippe Madrelle, président du conseil général, face au transfert des routes nationales

« Il s'agit de régler un conflit politique, se désole Gilles Savary, c'est contradictoire avec l'appel à la mobilisation nationale pour le logement social

» Depuis huit mois, le département travaille avec les services de l'état sur ce dossier, et comptait débloquer 13 millions d'euros, contre 4 millions pour 2005

« On continuera à travailler avec la CUB et les communes qui ont la délégation, mais on cesse tout financement en dehors de nos compétences

Le préfet devra assumer ses responsabilités », s'insurge Gilles Savary

De fait, le département ne participerait plus à la réalisation de logements d'urgence et aux structures comme le foyer Leydet

Orianne Dupont

objectifs Pour cette année, le plan de cohésion sociale a prévu 1 600 logements sociaux en Gironde.