Chauffage : la Gironde se met au bois

©2006 20 minutes

— 

Rien de tel qu'un bon feu de cheminée pour chauffer une

ville

D'ici à trois ans, Gironde-sur-Dropt – petite commune de 1 000 habitants du sud-Gironde – va s'équiper d'une chaufferie au bois

Ce qui permettra d'alimenter, à terme, en chauffage et en eau chaude la salle des fêtes, l'école, la mairie, une entreprise vinicole et près de 160 logements

Une première en Gironde

« Pour les bâtiments publics, cela va nous permettre de faire 4 000 euros d'économie par an sur 12 000 », indique Didier Callede, le maire (sans étiquette) de la commune

Une économie aussi pour les particuliers qui paieraient 50 à 55 centimes le mètre cube, contre 73 centimes aujourd'hui pour le fioul

Le projet qui avoisine le million d'euros est fortement soutenu par la région, le département, l'Agence de maîtrise de l'environnement et la CAF

Et il pourrait faire des émules puisqu'Aillas, Gornac, Pellegrue, Savignac et Saint-Médard-en-Jalles sont aussi intéressées par cette alternative au chauffage classique

Outre la portée économique et sociale, ce mode de chauffage représente un nouveau débouché pour la filière bois

D'ailleurs, les professionnels des alentours de Gironde-sur-Dropt envisagent de s'équiper en machines pour pouvoir alimenter les chaufferies

« Même si l'idéal c'est le bois de construction, estime Christian Pinaudeau, responsable du syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest, on ne peut être que favorable, tout en sachant que cette ressource n'est pas infiniment extensible »

Orianne Dupont

huile En hiver, lors des pics de froid, la chaudière au bois ne suffira pas. Gironde-sur-Dropt a opté pour une chaudière au gaz et à l'huile de tournesol pour prendre le relais. Encore une bonne raison de développer les biocarburants.