La méningite, une infection à la loupe

© 20 minutes

— 

En quinze jours, quatre cas de méningite à méningocoques se sont déclarés en Gironde. Deux personnes sont décédées. Pour Jean Sarlangue, pédiatre au CHU de Bordeaux, « la situation n’est pas alarmante ». nBactéries Les méningocoques sont des bactéries qui ne vivent que dans le corps humain. Très fragiles, elles se fixent dans la gorge, où il fait le plus chaud. Il existe différentes souches de méningocoques (B, C, Y, W 135, etc.). Aucun vaccin n’est disponible contre le méningocoque B. nInfection On parle de méningite lorsque les méningocoques s’infectent et passent dans le sang, créant une infection des enveloppes du cerveau et des méninges. Fièvre, maux de tête, vomissements, phobie de la lumière et raideur de la colonne vertébrale constituent les principaux symptômes de la méningite. Des tâches violines peuvent apparaître sur la peau, dans de très rares cas. nProbabilités A un moment donné, 10 % de la population a un méningocoque dans la gorge. Mais seule(s) une à deux personne(s) sur 100 000 développera (ont) une infection. Le risque d’infection est plus élevé chez les jeunes enfants et les adolescents. Les nourrissons peuvent également contracter une méningite à pneumocoques. C’est une infection mortelle, mais un vaccin existe (remboursé). Il y a deux fois plus de méningites en hiver, car d’autres virus circulent et peuvent favoriser l’infection des méningocoques. nMode de transmission Sur les 85 cas de méningite déclarés en France en 2004, seuls deux ou trois ont été transmis par contact. Les autres cas, provoqués par infection des méningocoques, sont dits « sporadiques ». Les quatre cas survenus en Gironde ces derniers jours étaient de ce type. Les analyses ont établi que les méningocoques étaient de souches différentes (B et W 135) et les personnes malades ne se connaissaient pas. Marion Guillot Numéro d’urgence : 05 57 01 91 80

prison Un détenu de 39 ans de la maison d’arrêt de Gradignan était toujours hospitalisé, hier, au CHU de Bordeaux. Son état de santé était jugé rassurant. Le personnel de la prison et les personnes ayant eu des contacts avec lui ont été traités par antibiotique.