Cacolac, un goût de nostalgie

© 20 minutes
— 

Petit Poucet du rayon boisson, l’entreprise familiale bordelaise est fière d’avoir su conserver son indépendance. L’aventure Cacolac dure depuis 1928, avec la création de la Laiterie de la Benauge, rive droite. Trente ans plus tard, naît la petite bouteille brune, qui devient la boisson chocolatée du goûter. Depuis, l’entreprise a déménagé à Léognan, mais les descendants sont toujours à la tête de la PME et la recette a survécu aux années. Or face aux multinationales, la structure de 40 salariés peine à s’imposer. Alors elle cherche à se faire une place sur le créneau des 14-19 ans, en exploitant à fond son capital sympathie. Elle a notamment lancé l’an dernier une opération « revival » intitulée « les objets cultes des années Cacolac », avec verres et posters en cadeau. « Après plusieurs années de silence, liées aux frais engagés pour la nouvelle usine, nous relançons la communication », explique Richard Vessaire, le directeur commercial. Le plan comprend également une pub télé diffusée depuis avril dernier et un nouveau packaging privilégiant la couleur jaune, plus repérable que le marron. Objectif : « Faire évoluer l’image du produit sans lui faire perdre son âme. » Le lait chocolaté fait aussi de l’oeil aux jeunes femmes en jouant sur son petit 1 % de matière grasse. L’occasion, par ricochet, de réintégrer le menu des enfants. Les prochaines innovations sont élaborées dans le plus grand secret. Ainsi, après un essai avorté de glaces Cacolac, on pourrait voir bientôt débarquer des barres chocolatées. Anne Coulon