Hugues Martin, élu maire. Comme prévu

© 20 minutes

— 

Le nouveau maire de Bordeaux, Hugues Martin (UMP), a été élu dans un fauteuil, hier matin, au Palais Rohan. Réuni en séance extraordinaire, le conseil municipal l’a élu à 49 voix contre 7 pour Jacques Respaud, « candidat de l’intergroupe socialiste et communiste ». Les Verts ont préféré s’abstenir. Provoquée par la démission d’Alain Juppé, le 6 décembre, cette élection n’entraînera pas de rupture politique. Encore une fois, Hugues Martin a salué l’oeuvre d’Alain Juppé. « Je me sens le dépositaire de son grand projet pour Bordeaux », a-t-il déclaré, les priorités restant « la propreté et les déplacements ». Hugues Martin a enfin souhaité une plus grande « ouverture » vis-à-vis de l’opposition. « Davantage de dialogue qu’avec Alain Juppé, ce ne sera pas difficile », ironisait pour sa part Jacques Respaud (PS). Les travaux pratiques ont commencé dès l’après-midi, avec le vote du budget qui ne pouvait commencer que par un « vous imaginez l’émotion qui est la mienne d’être ici, je tiens à rendre hommage à Alain Juppé ». Les élus espéraient un maire moins « cassant », dans les faits, mais tout aussi ferme. Hugues Martin a tout de même haussé le ton quand les socialistes ont critiqué le pont Bacalan-Bastide. Après deux heures de débat, le budget 2005, de 336,2 millions d’euros, dont le projet phare n’est autre que l’acquisition de l’auditorium a finalement été voté. Malgré l’opposition de toute la gauche et du Front national. Un conseil municipal comme les autres, en somme. A la différence près que le maire n’est plus une star de la politique. Orianne Dupont et Marion Guillot

refus Hugues Martin a refusé la proposition des élus de l’opposition de mettre en place une commission d’information et d’évaluation pour résoudre les difficultés financières, artistiques et sociales de l’opéra. Il a ajouté qu’une étude avait déjà été envisagée.