Pro-vie et pro-choix manifestent

Stéphanie Lacaze

— 

La « marche pour la vie » ne se réclame pas ouvertement anti-avortement.
La « marche pour la vie » ne se réclame pas ouvertement anti-avortement. — Sichov / SIPA

Les deux manifestations prévues demain à Bordeaux ne sont pas de nature à apaiser le climat de « trouble » qui préoccupe Alain Juppé pour l'image de sa ville. L'association Oui à la vie, qui prône « la défense et la promotion de la vie sous toutes ses formes », organise pour la deuxième année consécutive une « grande marche pour la vie et la famille ». Les défenseurs du droit des femmes à disposer de leurs corps s'inquiètent de cette nouvelle édition, un mois après la vive polémique soulevée par l'émission « Les Infiltrés » sur le groupe d'extrême droite Dies Irae et l'église Saint-Eloi.

L'IVG au cœur de la polémique
Le 12 mai dernier, le Collectif bordelais pour le droit des femmes, soutenu par des associations et partis de gauche, a donc écrit une lettre ouverte au préfet et à Alain Juppé pour demander l'interdiction de cette marche, refusant que la « ville devienne un lieu propice à la diffusion des idées racistes, xénophobes, sexistes, homophobes et antisémites. » Les pouvoirs publics n'ayant aucune raison d'interdire la « marche pour la vie », les féministes ont décidé d'organiser leur propre manifestation pro-choix. « Il ne s'agit pas d'aller à la confrontation, souligne Coline, bénévole au planning familial. Mais, il est inquiétant de voir que Bordeaux devient une ville test de la réconciliation entre les différents courants de l'église, y compris les intégristes. » Oui à la vie, qui se déclare apolitique et non confessionnelle, reconnaît bénéficier de la bienveillance de l'évêque Monseigneur Ricard. Ses membres, comme François Desjars, appellent à l'ouverture d'un « débat sur l'avortement, qui est devenu un sujet tabou, et pourquoi pas à une remise en cause de la loi Veil ».
L'année dernière, la « marche pour la vie » avait rassemblé près de 2 000 personnes contre 150 pour la manifestation pro-choix. Cette fois, le Collectif pour le droit des femmes espère équilibrer le rapport de forces. Les Oui à la vie comptent bien étendre leur audience dans un contexte qui leur semble favorable.

Portes ouvertes

Parallèlement à la manifestation pro-choix, le planning familial organise une journée portes ouvertes aujourd'hui pour faire connaître ses activités et lancer une campagne d'adhésion. Car l'association a besoin de soutien financier.