20 Minutes : Actualités et infos en direct
PRODUCTIONLe MIN de Bordeaux inaugure un pavillon de la gastronomie

Bordeaux : Le MIN inaugure un pavillon de la gastronomie, « vitrine de la production régionale »

PRODUCTIONLe Marché d’intérêt national (MIN) Bordeaux-Brienne, inaugure à l’occasion de ses 60 ans, un nouveau quartier consacré à l’excellence des produits régionaux
Le pavillon de la gastronomie du marché de Bordeaux-Brienne, sera consacré à l'excellence des produits du Sud-ouest.
Le pavillon de la gastronomie du marché de Bordeaux-Brienne, sera consacré à l'excellence des produits du Sud-ouest. - Mickaël Bosredon / 20 Minutes
Mickaël Bosredon

Mickaël Bosredon

L'essentiel

  • Le MIN de Bordeaux-Brienne, consacré à la distribution des produits alimentaires et végétaux auprès des professionnels, inaugure ce samedi un pavillon de la gastronomie, à l’occasion de ses 60 ans.
  • La Halle des chefs, qui représente une cinquantaine de producteurs du Grand Ouest, y présentera ses produits.
  • Un importateur et sélectionneur d’épices, Sacré Français, proposera de son côté une centaine de références d’épices.

Une première pierre, et pas des moindres, en vue du projet de transformation du MIN (Marché d’intérêt national) de Bordeaux-Brienne. L’établissement installé sur les quais de Paludate à Bordeaux, et consacré à la distribution des produits alimentaires et végétaux à destination des professionnels, inaugure ce samedi un pavillon de la gastronomie, à l’occasion de ses 60 ans.

« Nous souhaitons privilégier les acteurs de Nouvelle-Aquitaine, et nous voulions un endroit dans le MIN où soient regroupés les produits traiteur, crémerie, épicerie, pour en faire une sorte de vitrine de la production régionale », explique Pierre Pichardie, directeur du MIN de Bordeaux. Sur 600 m2, on y retrouvera des produits typiques comme le bœuf de Bazas, l’agneau des Pyrénées, le canard des Landes, à travers des stands comme La Halle des chefs, plateforme de producteurs ouverte aux particuliers via son site Internet, et aux professionnels.

« Moins manger mais mieux manger »

« Nous représentons une cinquantaine de producteurs, qui ne produisent qu’en bio ou en raisonné, et toujours dans le respect du produit et de l’animal, venant du Grand Ouest, des Pyrénées jusqu’en Bretagne, explique Cyril Clément, président de la Halle des chefs. Sur ce pavillon, nous aurons un show room et une cuisine, ce qui nous permettra de faire venir des chefs pour des ateliers dégustation. »

Cyril Clément de LaHalle des Chefs, et Cécilia Dubarry de Sacré Français, intégreront le pavillon de la gastronomie.
Cyril Clément de LaHalle des Chefs, et Cécilia Dubarry de Sacré Français, intégreront le pavillon de la gastronomie. - Mickaël Bosredon

La tendance de consommation « va de plus en plus vers les produits d’excellence, avec l’idée qui se développe de moins manger mais mieux manger » confirme Cyril Clément. Pour les fêtes de fin d’année, « la tendance c’est plutôt le DIY (do it yourself), nous avons notamment énormément de commandes de foie gras de canard cru, car les gens veulent le faire eux-mêmes. »

Un importateur d’épices

Le pavillon de la gastronomie accueillera aussi un acteur en épicerie sur les produits bios et locaux (moins de 150 km de Bordeaux) et un groupement de viticulteurs. Et il y aura également un importateur et sélectionneur d’épices, qui proposera toute une gamme d’épices dans son stand, pas forcément locale en revanche.

« Nous importons des épices du monde entier depuis une quinzaine d’années, explique la représentante de la marque Sacré Français, Cécilia Dubarry. L’épice intervient souvent dans les choix "arrière" en cuisine, où on met plus souvent en avant un poisson, une viande, un légume… Or, l’épice fait aussi partie de la conception d’un plat, d’une pâtisserie, d’une boisson. C’est une façon de sublimer un plat, c’est pourquoi nous sommes ravis d’intégrer ce pavillon et de nous retrouver au plus proche des professionnels. » Et parmi leur centaine de références, il y a aussi « de très belles productions françaises, comme du piment, du sel, du safran. »

L’inauguration du pavillon de la gastronomie, qui n’entrera dans sa pleine mesure que courant 2024, se fera uniquement avec les professionnels. Mais dès samedi midi, et durant toute l’après-midi, le MIN (côté rue Beck) sera ouvert au grand public avec des activités, une ferme pédagogique, des food-trucks… Des actions vers le grand public, qui devraient se multiplier dans le cadre du projet du MIN de Brienne 2025, qui doit permettre à l'établissement de gagner plusieurs milliers de mètres carrés via la création d'une ceinture. Les contours du projet doivent être très prochainement détaillés.

Sur 12 hectares le MIN de Bordeaux Brienne voit transiter chaque année 161.000 tonnes de produits, dont 60 à 70 % de production régionale sur les fruits et légumes, en fonction des saisons. « Nous avons une centaine d’opérateurs présents sur le site, dont 75 sédentaires, explique Pierre Pichardie. C’est un vrai cœur économique dans le secteur de la distribution des produits alimentaires et végétaux. »

Sujets liés