20 Minutes : Actualités et infos en direct
collisionQuid du choc entre la voiture du maire de Bordeaux et une trottinette?

Bordeaux : La voiture du maire impliquée dans un accrochage avec une étudiante à trottinette, Pierre Hurmic s'explique

collisionLa voiture qui transportait Pierre Hurmic, le maire de Bordeaux, a été impliquée la semaine dernière dans un accrochage avec une étudiante à trottinette. Cette dernière a déposé une main courante. Elle s'est livrée au journal « Sud Ouest »
L'accrochage a eu lieu cours de Verdun à Bordeaux, le jeudi 5 octobre, vers 15 h.
L'accrochage a eu lieu cours de Verdun à Bordeaux, le jeudi 5 octobre, vers 15 h.  - Michel Spingler / AP/SIPA
Elsa Provenzano

Elsa Provenzano

L'essentiel

  • Le jeudi 5 octobre, la voiture du maire de Bordeaux a bien eu un accrochage avec une trottinette électrique sur le cours de Verdun.
  • Dans un communiqué publié ce jeudi, la Ville explique que c’est la trottinette qui a heurté la voiture, qui redémarrait à un feu passé au vert. La jeune femme de 22 ans qui circulait à trottinette affirme au journal Sud Ouest que c’est elle qui a été percutée.
  • Invitée à faire un constat amiable qu’elle a décliné, selon la la mairie, elle raconte pour sa part que le chauffeur s’est enquis rapidement de son état avant de repartir. Elle a déposé une main courante ce week-end. « Elle peut et doit se sentir totalement libre dans toutes ses actions et procédures pour faire valoir ses droits », indique la ville dans son communiqué.

Dans quelle mesure, le jeudi 5 octobre, la voiture qui transportait Pierre Hurmic, le maire de Bordeaux, a-t-elle été impliquée dans un accident avec une trottinette qui aurait blessé une étudiante de 22 ans ? Le sujet occupe une bonne partie des conversations des Bordelais ce jeudi, après un article de Sud Ouest.

Selon les propos de la victime, rapportés par le quotidien régional, le conducteur se serait excusé après l'accident, avant de dire qu’il devait filer pour rejoindre le cortège de la ministre de la Culture, en visite à Bordeaux. Elle explique qu’elle a été en quelque sorte découragée de porter plainte par ses interlocuteurs. Ce jeudi en début d’après-midi, la ville tient à clarifier les choses à travers un communiqué.

Deux versions différentes de l’accident

La mairie confirme une partie de l’histoire en s’appuyant sur les propos du chauffeur : il y a bien eu un « accrochage » vers 15 heures, sur le cours de Verdun « entre une conductrice de trottinette électrique et un véhicule de la Ville de Bordeaux conduit par un chauffeur de la Ville et transportant deux passagers dont le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic ». Mais selon les explications du chauffeur auprès de sa hiérarchie et de son assurance, c’est la trottinette qui est venue « percuter l’aile avant gauche de la voiture, provoquant un freinage d’urgence du conducteur ». Le feu venait de passer au vert, devant le 36 cours de Verdun à l’intersection du cours de Gourgue. La jeune femme raconte, elle, que c’est la berline qui l’a heurtée, si on en croit Sud Ouest.

Les témoignages concordent sur un point ; le chauffeur a baissé sa vitre pour parler à la conductrice de la trottinette « qui n’avait pas chuté », précise le communiqué. Après s’être enquis de son état, le chauffeur aurait, toujours selon la mairie, « proposé de se garer un peu plus loin, en dehors de l’intersection, pour se mettre à l’abri de la circulation et dresser un constat amiable». Elle aurait refusé et se serait éloignée à trottinette. Dans les colonnes du quotidien régional, la victime raconte que le chauffeur était pressé et lui a indiqué qu'il devait repartir. On nous précise dans le communiqué que « jusqu’à l’accrochage et l’arrêt brusque du véhicule, le maire de Bordeaux était occupé à lire des documents de travail. »

Pas de plainte déposée à ce stade

Le lendemain des faits, vendredi 6 octobre, le chauffeur de la ville a été contacté par le commissariat de police qui lui a communiqué les coordonnées et l’identité de la conductrice de la trottinette qui venait de déposer une main courante. Le chauffeur a contacté l’étudiante « pour l’inviter à venir dresser le constat amiable qu’elle avait décliné la veille », assure la ville, mais elle n’était pas disponible puis n’a plus répondu à ses appels. De son côté, la jeune femme confie à Sud Ouest que le chauffeur lui a proposé « un arrangement » et s'est inquiété « que les choses aillent plus loin ».

« Le maire de Bordeaux tient à lui exprimer toute son empathie et sa disponibilité et déplore qu’un échange n’ait pu avoir lieu sur place immédiatement, ajoute le communiqué. La ville de Bordeaux tient à rappeler que la conductrice de la trottinette électrique peut et doit se sentir totalement libre dans toutes ses actions et procédures pour faire valoir ses droits. » Selon Sud Ouest, la jeune femme souffre d’une entorse des cervicales, alors même qu'elle n'a pas chuté, elle précise que le choc lui a fait subir « le coup du lapin ». Elle s’est vue notifier dix jours d’ITT.

Le parquet de Bordeaux, contacté par 20 Minutes, n’a pas, pour l’heure, été destinataire d’une plainte. La personne a effectivement déposé une main courante ce week-end puis a été recontactée par le commissariat pour revenir afin d’être entendue mais elle a refusé d'aller plus loin à ce stade.

Sujets liés