20 Minutes : Actualités et infos en direct
DÉPLACEMENTSSur la métropole de Bordeaux, la voiture en baisse, explosion du vélo

Dans la métropole de Bordeaux, l’usage de la voiture en baisse, la pratique du vélo explose

DÉPLACEMENTSEn dix ans, les déplacements en voiture des métropolitains ont chuté de 20 %, quand ceux à vélo ont bondi de 124 %
Bordeaux Métropole a enregistré une hausse de 124 % de la pratique du vélo entre 2009 et 2021, mais la voiture reste largement majoritaire dans les déplacements quotidiens.
Bordeaux Métropole a enregistré une hausse de 124 % de la pratique du vélo entre 2009 et 2021, mais la voiture reste largement majoritaire dans les déplacements quotidiens. - Mickaël Bosredon / 20 Minutes
Mickaël Bosredon

Mickaël Bosredon

L'essentiel

  • «La part modale du vélo a doublé pour les métropolitains entre 2009 et 2021 (elle a même triplé pour les métropolitains résidant rive droite), alors qu’elle est stable chez les non métropolitains » relève l’étude.
  • De son côté, la part de la voiture dans les déplacements connaît une baisse, mais reste largement majoritaire.
  • 23 % des ménages de Bordeaux Métropole sont désormais non motorisés, en augmentation de 5 points.

Les résultats de cette enquête sur les déplacements des habitants de Bordeaux Métropole et de Gironde étaient attendus depuis des mois. Ils ont été révélés ce mardi. L’enquête mobilité qui s’est déroulée en 2021 sur les 542 communes de la Gironde a pour objectif de fournir « une photographie précise des déplacements réalisés par les habitants un jour moyen de semaine tous modes de transport confondus. » Les résultats ont été comparés avec ceux d’une enquête similaire menée en 2009.


Parts modales des déplacements sur Bordeaux Métropole et l'ensemble de la Gironde.
Parts modales des déplacements sur Bordeaux Métropole et l'ensemble de la Gironde. - Bordeaux Métropole

Il en ressort comme enseignement principal une disparité entre les métropolitains et les non-métropolitains. Par exemple, 78 % des déplacements des métropolitains font moins de 5 km, contre 61 % des non-métropolitains. Pour les métropolitains, les déplacements en voiture ont chuté de 20 % entre 2009 et 2021, tandis que ceux en transports en commun, à vélo et à pied ont respectivement augmenté de 28 %, 124 % et 29 %. En dehors de la métropole, la baisse de l'usage de la voiture n’est que de 4 %.

Hausse de la pratique du vélo de 232 % pour les habitants de la rive droite

Sans surprise, l’étude pointe une hausse significative de la pratique du vélo sur la métropole. « La part modale du vélo a ainsi doublé pour les métropolitains entre 2009 et 2021 (elle a même triplé pour les métropolitains résidant rive droite), alors qu’elle est stable chez les non métropolitains » relève l’étude.

La part du vélo atteint désormais 8 % des déplacements des métropolitains, mais reste cantonnée à 2 % seulement pour les non-métropolitains. Cela donne une augmentation des déplacements à vélo de plus de 124 % depuis 2009 pour les habitants de Bordeaux Métropole, et même de + 232 % pour les habitants de la rive droite de Bordeaux Métropole.

A Bordeaux Métropole, un ReVE pour atteindre 18 % de part modale du vélo

L’enquête a été publiée le jour où Bordeaux Métropole inaugurait le premier tronçon de son réseau ReVE (Réseau Vélo Express), le ReVE 3 entre Bordeaux et Parempuyre. Quelque 4,7 km de sur les 15,8 km du tronçon qui traversera cinq communes (Bordeaux, Le Bouscat, Bruges, Blanquefort, Parempuyre) ont ainsi été livrés ce mardi matin. La totalité de ce tronçon, d’une largeur de quatre mètres, doit être achevée en 2025.

« Quatorze tronçons de ce type sont en cours de création, a rappelé la maire de Bruges Brigitte Terraza. Nous souhaitons trouver collectivement des solutions alternatives à la voiture, et on sait que quand les gens se sentent en sécurité, ils prennent le vélo plus volontiers. Ces aménagements constituent tout ce dont nos communes ont besoin, avec un balisage lumineux, de l’éclairage, le partage des voiries bien défini, plus de signalétique et un élargissement significatif des voies. » Quelque 85 km, sur les 275 km de ce réseau express, doivent être livrés d’ici à 2025.

« La pratique du vélo explose, confirme Isabelle Rami, conseillère métropolitaine déléguée aux mobilités alternatives, à nous d’anticiper tout cela et assurer de la continuité. D’ici à 2024, nous avons prévu plus de 170 aménagements cyclables pour un budget de 80 millions d’euros, et à côté nous avons un budget spécifique de 70 millions d’euros pour le déploiement du ReVE. Ce Réseau express est un enjeu de décongestion et de décarbonation, et s’inscrit au sein d’un réseau vélo métropolitain qui atteint désormais 1.500 km de voirie. » L’objectif pour la métropole est d’atteindre 18 % de part modale du vélo d’ici à 2030.

Moins de la moitié des déplacements se font en voiture sur la métropole

L’enquête déplacements confirme que la part de la voiture dans les déplacements connaît une baisse, même si elle reste largement majoritaire. Désormais, moins de la moitié des déplacements (46 %) réalisés par les métropolitains sont effectués en voiture, contre 59 % en 2009, soit une baisse de 13 points. En revanche, cette part reste très élevée, 71 %, pour les habitants hors métropole (- 4 points quand même depuis 2009.) « Le volume de déplacements en voiture baisse de 20 % pour les habitants de Bordeaux Métropole [particulièrement pour les habitants de la rive gauche, - 22 %, contre seulement - 6 % pour les habitants de la rive droite] » précise l’étude.

Il faut cependant noter que, durant ce laps de temps, la population de Bordeaux Métropole a considérablement augmenté : 750.000 habitants en 2010, contre 820.000 habitants en 2020. En raison de l'augmentation de la population, le nombre de voitures est en hausse : les ménages girondins disposent de 964.000 voitures, soit +13,7 % par rapport à 2009. Mais l’équipement par ménage a diminué : 23 % des ménages de Bordeaux Métropole sont désormais non motorisés, en augmentation de 5 points, 51 % disposent d’une voiture ( + 3 points) et 26 % ont deux voitures ou plus (- 8 points). Hors métropole, la dynamique est différente : 8 % seulement des ménages ne sont pas motorisés, 44 % ont une voiture (+ 5 points) et 37 % deux voitures ou plus (- 8 points). Les ménages les plus équipés résident dans l’est de la Gironde (158 voitures pour 100 ménages).

Avec 13 % de part modale, les transports en commun connaissent une hausse de 3 points sur la métropole. Avec 5 % hors métropole, cette hausse n’est que d’un point. « Au sein de Bordeaux Métropole, la part modale des transports en commun est restée stable entre 2009 et 2021 pour les habitants de la rive droite alors qu’elle a augmenté de quatre points pour ceux de la rive gauche. »

Baisse du nombre de déplacements par jour et par personne

A noter que les habitants de la Gironde réalisent chaque jour 5,1 millions de déplacements soit un volume total en légère hausse (+ 2,3 %) depuis 2009. Dans le même temps, le nombre moyen de déplacements réalisé par jour et par personne a sensiblement diminué : 3,4 aujourd’hui contre 3,9 en 2009. « Il y a ici sans doute des explications conjoncturelles liées au contexte sanitaire (encouragement au télétravail, existence du passe sanitaire…) mais peut-être aussi des évolutions plus pérennes vers une moindre mobilité individuelle » avance l’étude.



« Le temps moyen total de déplacement d’un individu [en Gironde] s’établit à 73 minutes, relève enfin l’étude. Il est stable par rapport à 2009 (+ 1 minute). Chaque jour, un Girondin parcourt en moyenne 33 kilomètres, un habitant de la métropole en parcourt 26 quand un habitant girondin non métropolitain en fait 39, ce qui traduit des vitesses nettement plus lentes sur la métropole. »

L’étude s’est déroulée en 2021 et a concerné les 542 communes de Gironde et sept communes des Landes (communauté de communes des Grands Lacs). Au total, 11.575 ménages ont été sondés, soit plus de 17.000 personnes.

Sujets liés