20 Minutes : Actualités et infos en direct
SocialDes drones pour surveiller une manif à Bordeaux, les syndicats révoltés

Bordeaux : Des drones déployés pour surveiller la manif contre « les violences d’Etat », les syndicats révoltés

SocialLe tribunal administratif de Bordeaux a rejeté la requête de SUD PTT 33 visant à casser l’arrêté préfectoral autorisant l’utilisation des drones pour encadrer la manifestation prévue ce mardi à 18 heures à Bordeaux
Illustration de drones utilisés par la police.
Illustration de drones utilisés par la police.  - SYSPEO/SIPA / SIPA
Elsa Provenzano

E.P.

L'essentiel

  • Une manifestation statique, déclarée en préfecture, est organisée à Bordeaux ce mardi à partir de 18 heures par le syndicat SudPTT33.
  • La préfecture a annoncé un recours à des drones avec caméras embarquées pour sécuriser ce rassemblement. Le syndicat avait attaqué l’arrêté le permettant mais son recours a été rejeté par le tribunal administratif.
  • Le syndicat dénonce une mesure qui se généralise sans motivations précises et met en péril les libertés individuelles.

Une manifestation statique est organisée ce mardi à partir de 18 heures sur le parvis des droits de l’Homme à Bordeaux à l’appel du syndicat SudPTT33. Il appelle à protester contre la réforme des retraites et « les violences d’Etat », après les répressions autour du 1er mai, qui ont donné lieu à de nombreuses gardes à vue abusives, selon le syndicat. La tension monte entre les syndicats et les autorités autour de l’utilisation des drones qui vient d’être autorisée par le tribunal administratif. La requête déposée par SudPTT33 pour casser l’arrêté préfectoral a été rejetée ce mardi matin.

Drones avec caméras embarquées

« Compte tenu des dégradations, des heurts avec les forces de sécurité intérieure et des sabotages des caméras de vidéoprotection constatés lors de certaines récentes manifestations intersyndicales, le préfet de la Gironde a décidé de renforcer, comme le 1er mai dernier, la sécurisation du rassemblement pour garantir le meilleur déroulement possible de cette manifestation, explique la préfecture dans un communiqué, ce mardi. Ce rassemblement implique une large zone à sécuriser et implique de disposer d’une vision en grand-angle pour permettre le maintien et le rétablissement de l’ordre public. »

En vertu de la loi du 24 janvier 2022, elle précise que les forces de l’ordre sont autorisées à utiliser des drones avec caméras embarquées. « La captation d’images est strictement encadrée et sécurisée et ne peut pas, par exemple, viser l’intérieur des domiciles », précise le communiqué de la préfecture. De son côté, le syndicat SudPTT33 annonce qu’il va attaquer « sur le fond » cette décision de recourir à des drones, notamment parce qu’elle n’est plus exceptionnelle mais devient la norme. « Nous laissons le soin à la population de s’interroger sur le sens de ces mesures liberticides qui visent à criminaliser les mouvements sociaux, à ficher la population et à surveiller l’espace public et privé », conclut-il.

Sujets liés