Un test pour mener les bateaux à bon port

Stéphanie Lacaze

— 

Le premier test grandeur nature. L'arrivée du Prince Albert II ce matin dans le port de la Lune va permettre aux pilotes qui dirigent les bateaux dans l'estuaire d'apprivoiser le simulateur dont ils viennent d'être équipés. Cet outil haut de gamme – il coûte 400 000 € – financé par la communauté urbaine de Bordeaux (CUB) doit servir à s'assurer que n'importe quel paquebot pourra toujours pénétrer dans le port après la construction du pont Bacalan-Bastide.

Tous les paramètres du Prince Albert II entrés dans la machine
« Il y avait de réelles interrogations sur ce point, souligne Vincent Feltesse, le président de la CUB. C'est pour cette raison que nous avons investi dans ce simulateur très perfectionné. » Tous les paramètres d'arrivée du Prince Albert II, de la hauteur de la marée à la force du vent, sans oublier ses dimensions, vont donc être entrés dans la machine pour que les pilotes puissent s'exercer. La machine recrée de manière extrêmement fidèle le poste de pilotage d'un navire. Sept grands écrans disposés en demi-cercle restituent le paysage qui s'offre aux yeux des marins lorsqu'ils arrivent à Bordeaux. Aucun détail n'est oublié sur les berges du fleuve, et le pont apparaît tel qu'il devrait exister d'ici à deux ans.
Pour réussir son franchissement, les pilotes disposent d'une véritable barre en plus de tous les autres instruments de mesure nécessaires.
Depuis quelques jours, des tests virtuels étaient menés. Les premiers retours sont positifs. « Ils nous confirment que l'on peut accueillir tous les navires sous certains paramètres, assure Christophe Reux, le président du syndicat des pilotes de la Gironde. Nous allons également corréler ces premiers résultats avec la campagne de croisières 2010-2011 pour affiner nos connaissances. » Mais le pont va tout de même obliger les pilotes à changer leurs méthodes de navigation, car le franchissement « raccourcit les fenêtres d'accostage », comme le précise Christophe Reux.

Levage du pont

Sur l'ouvrage, qui est à la fois routier et urbain (il est ouvert aux déplacements doux en site propre pour les piétons, cyclistes, tramway), la circulation sera coupée trois quarts d'heure avant le passage d'un navire. Le levage du pont en lui-même prendra dix minutes et la travée ne recommencera à descendre qu'un quart d'heure après. Ce projet a été spécifiquement choisi par la CUB pour préserver les trafics maritime, fluvial et événementiel.