Un peu de répit pour Fondaudège

Marion Guillot

— 

Le chantier de la ligne D ne commencera pas en 2011, mais en 2014. Une décision prise à l'unanimité lors du comité de pilotage tramway, vendredi après-midi, auquel participaient le président PS de la CUB, Vincent Feltesse et les trois maires concernés par le futur tracé : Alain Juppé (Bordeaux, UMP), Christine Bost (Eysines, PS) et Patrick Bobet (Le Bouscat, UMP). Objectif de livraison : 2016 au lieu de 2014.

Pourquoi attendre trois ans ? Selon la CUB, ce délais est « indispensable à la réussite du projet ». Outre l'étalement du financement des travaux, les arguments techniques ne manquent pas : « cette décision permet de régler la question des aménagements préalables au chantier », explique l'institution. Notamment la création de parkings de substitution dans la très commerçante rue Fondaudège, où le tram fera disparaître près de 250 places en bordure de trottoirs. Même chose au Bouscat, avec 300 places environ. Ce report permettra également de définir « des itinéraires de déviation pour les bus », de lancer « le concours de réaménagement de la place Tourny », de « finaliser les procédures d'aides aux entreprises implantées le long du corridor de la ligne D » et, enfin, de « créer des parcs relais à Eysines et Le Bouscat ». Mais ce consensus devrait surtout apaiser la polémique qui agite la rue Fondaudège, où les opposants au tram sont nombreux et inquiets pour la survie du commerce de proximité. Les partisans du tram, eux, s'avouent « consternés ». Eric Leroy, président de l'association Oui au tram, dénonce « une reculade de plus des politiques, qui va pénaliser les habitants de la CUB et du cadran nord-ouest ». Ce changement de cap lui semble plus politique que budgétaire : « nos élus programment bien un grand stade... ça les arrange bien, Vincent Feltesse comme Alain Juppé, que le chantier du tram ne tombe pas pendant les élections municipales et législatives ».