L'horizon s'élargit

Marion Guillot

— 

Malgré la crise, le port de Bordeaux a tenu la barre en 2009. C'est la conclusion du bilan dressé hier par son président, Jean-Paul Sandraz et sa directrice, Marie-Luce Bousseton. La baisse de trafic (- 2,9 %) « a été limitée par rapport à 2008, année de tous les records », relativise cette dernière.

Près de 8,8 millions de tonnes ont transité par le port en 2009. Une quantité « qui reste supérieure aux cinq années précédent 2008 », souligne la directrice. L'expédition par mer de 200 000 tonnes de bois issu de la tempête, notamment vers la Chine, a permis de soutenir l'activité. Autre élément positif : une hausse de 9,2 % des exportations, soit 2,4 millions de tonnes l'an dernier. Les importations, en revanche, ont chuté de 6,8 %, soit 6,3 millions de tonnes au total. Ce bilan mitigé invite donc à la « prudence » pour 2010. Seules certitudes : le transfert des 45 personnels de manutention à la société Balguerie Sea Invest, sera effectif au plus tard le 1er octobre, conformément à la réforme portuaire. Un programme d'investissements de 14 millions d'euros est par ailleurs prévu, dont la moitié servira à moderniser un appontement pétrolier à Ambès. Mais côté développement, rien de bien concret encore.

Après l'abandon par l'Etat du projet de terminal méthanier de 4Gas au Verdon, en juillet dernier, qui aurait permis d'augmenter de 25 % le tonnage annuel du port, il y a urgence à trouver de nouveaux investisseurs pour la Pointe du Médoc. D'ici à la fin de l'année, le comité stratégique chargé de ce dossier et piloté par le préfet, aura établi un cahier des charges des types de projets compatibles avec l'environnement. « On devrait être prêts à accueillir de nouvelles activités dès l'année 2011 », souhaite Jean-Paul Sandraz. W