La fièvre retombe peu à peu en Gironde

Sophie Lemaire

— 

Plus de 130 000 piqûres depuis le début de la campagne de vaccination.

« Cela fait de la Gironde l'un des départements où on a le plus vacciné », se félicite le directeur de cabinet du préfet, Pierre Régnault de la Mothe. Pourtant, les vingt centres de vaccination girondins tournent au ralenti depuis deux semaines, à raison de quelques dizaines de vaccinations quotidiennes. Dans les bons jours. Comme ailleurs en France, ils vont donc fermer leurs portes progressivement d'ici dimanche. « Nous allégeons le dispositif car nous considérons que la plupart des Girondins qui voulaient se faire vacciner l'ont déjà fait, précise Pierre Régnault de la Mothe. Mais il est important que ceux qui souhaitent encore le faire à l'avenir en aient la possibilité. » Ce sera donc chez les médecins libéraux. Autorisés à vacciner depuis le 12 janvier, ainsi qu'ils le réclamaient depuis des semaines, ces derniers n'ont jusqu'ici pas fait preuve d'un enthousiasme démesuré. « Un grand nombre de mes collègues ont renoncé à vacciner car ils devaient se déplacer dans les centres pour s'approvisionner en doses de vaccin », explique Dany Guérin, présidente de l'Union régionale des médecins libéraux d'Aquitaine (URMLA). Dès lundi prochain, ils pourront se les procurer directement dans les pharmacies.

Pas sûr pour autant que cela relance la machine. « Nos patients entendent dire que l'épidémie est terminée. Alors les mêmes qui nous demandaient de les vacciner il y a quelques semaines, quand nous ne pouvions pas le faire, ne le souhaitent plus aujourd'hui ». Le docteur Guérin continue pourtant de recommander à ses patients de se faire vacciner : « Rien ne dit que nous n'aurons pas un deuxième pic épidémique dans quelques semaines. La vaccination permet de se protéger individuellement mais aussi de lutter globalement contre la propagation de la maladie ».

Le message officiel des autorités est le même. Mais signe que la grippe H1N1 est bien retombée, la cellule de crise mise en place en préfecture cessera son activité en même temps que les centres de vaccination. W