des arbres pour piéger le carbone

à Copenhague, Marion Guillot

— 

Avant la tempête Klaus, en janvier 2009, la forêt landaise compensait les émissions de CO2 de toute la région.
Avant la tempête Klaus, en janvier 2009, la forêt landaise compensait les émissions de CO2 de toute la région. — P. SAURA / 20 MINUTES

Alain Rousset, président PS de la région, n'a pas fait le déplacement pour rien au sommet sur le climat. Arrivé dans la capitale danoise hier midi, sous la neige, il a enchâiné les rendez-vous au pas de course : visite d'un lycée numérique où chaque élève dispose d'un ordinateur, rencontre avec plusieurs présidents français de région, puis avec le premier ministre du Québec... Le président d'Aquitaine venait surtout lancer un projet qui lui tient à coeur : la création de l'Association des régions forestières du monde, destinée à encourager le reboisement. Véritables « pièges à carbone », les arbres permettent de lutter contre l'effet de serre. « La forêt landaise est la première forêt cultivée d'Europe », rappelle Alain Rousset, mais les tempêtes de 1999 et de janvier dernier l'ont fragilisée. « Avant la tempête Klaus, qui a mis à terre cinq années de récolte, la forêt landaise compensait les émissions de CO2 de toute la région », ajoute-t-il.

Le secteur doit aujourd'hui trouver un nouveau souffle. Développer la filière du bois d'oeuvre est l'une des pistes évoquées par Alain Rousset qui rêve d'un « modèle Ikea aquitain ». En attendant, l'Association des régions forestières du monde fera pression sur les Etats pour les convaincre d'investir dans le reboisement. Midi-Pyrénées, Auvergne, Champagne-Ardenne et Paca sont déjà parties prenantes, ainsi que l'Emilie-Romagne en Italie et la Hesse en Allemagne. Un premier séminaire devrait se tenir à Bruxelles, début 2010. W