Des besoins qui dépassent l'urgence

Orianne Dupont

— 

Un accueil humain et efficace. Ce sont les objectifs que se sont fixés Dominique Schmitt, préfet de Gironde, et Alain Juppé, maire UMP de Bordeaux, réunis hier pour présenter le plan hiver. Avec 109 places supplémentaires (qui viennent s'ajouter aux 2 025 places d'hébergement pérennes), les capacités d'accueil ne semblent pas leur poser problème. Un point sur lequel le diaconat de Bordeaux, association qui gère plusieurs structures d'hébergement et qui a ouvert 40 places de plus cette année, émet tout de même quelques réserves : « Actuellement, nous avons déjà recensé 30 refus, indique le directeur de l'association, Philippe Rix. Malgré l'augmentation des capacités d'accueil, les demandes sont toujours aussi nombreuses. » Selon la mairie, les places existent, mais « certains sans-abri refusaient de se rendre dans les foyers ». La situation se répète cette année et elle est liée, notamment, à la qualité des hébergements.

C'est un point sur lequel préfecture et mairie ont décidé de se concentrer. Huit projets dits « d'humanisation » sont étudiés sur l'agglomération. C'est le foyer Leydet - le plus important - qui en bénéficiera dès 2010. « Nous étions déjà passés des dortoirs aux chambres de quatre personnes il y a dix ans, explique Véronique Fayet, l'adjointe au maire chargée de l'action sociale. Mais ça manquait toujours d'intimité, c'est pour cela que nous allons aménager des chambres individuelles ou de deux lits, pour les couples. » A l'issue des dix-huit mois de travaux, le foyer perdra 70 de ses 150 lits, mais offrira de meilleures conditions d'hébergement.

Dominique Schmitt souhaite également sortir les personnes fragilisées de l'urgence et faciliter leur stabilisation. « Nous allons donner la priorité à la construction de prêt locatif aidé d'intégration (PLAI : logements très sociaux) et à la création de places en maison-relais (places de stabilisation). » Le plan de relance (1 834 760 euros) et une enveloppe complémentaire de l'Etat (878 521 euros) devraient aussi permettre la création de 255 places en maison-relais (le département en compte 70 et deux projets sont en cours d'étude). Une bonne nouvelle, mais compliquée à mettre en place, a fait comprendre le maire de Bordeaux. W