Les bassins défendent leur âme maritime

Marion Guillot

— 

La capacité des bassins devrait doubler d'ici à 2013, pour accueillir cinq cents bateaux.
La capacité des bassins devrait doubler d'ici à 2013, pour accueillir cinq cents bateaux. — C. BLUMBERG / 20 MINUTES

« En 2030, les bassins à flot seront le quartier le plus recherché de Bordeaux. » Et c'est Alain Juppé qui le dit. Après des années de stagnation, le projet d'aménagement du secteur avance enfin. La CUB confirme : « On a franchi un cap. » Hier soir, les habitants ont ainsi découvert les grandes lignes et les premières esquisses du futur écoquartier, piloté par l'urbaniste-conseil Nicolas Michelin.

Ce projet « table sur 5 000 logements, dont 30 % à caractère social, répartis le long de la rue Lucien-Faure et côté Bacalan », précise la CUB. Soit 15 000 habitants supplémentaires d'ici à 2030. De grands gestes architecturaux modifieront la physionomie du quartier, comme le futur pont Bacalan-Bastide, dont la mise en service est prévue fin 2012, sans oublier le Centre culturel et touristique du vin, annoncé pour 2013. Des activités tertiaires créatives (cabinets d'architectes, boîtes de production...) pourraient être implantées sur la plate-forme portuaire, à côté du hangar G2. Quant aux abords du bassin à flot numéro 2, ils resteraient consacrés aux activités liées au nautisme. « Les hangars seront reconfigurés et toutes les activités existantes maintenues », assure la CUB.

Le port prévoit par ailleurs de doubler d'ici à 2013 la capacité des bassins à flot, de 250 à 500 bateaux, soit un investissement de trois millions d'euros. Mais les associations restent vigilantes. Pascale de Charentenay, présidente de Bacalan Fête, milite pour que « le caractère maritime du secteur soit mieux valorisé ». Michel Joigneau, président de Hissez Haut, qui restaure des bateaux traditionnels, est sceptique : « C'est un quartier atypique, qui risque d'être colonisé par les hauts revenus. En quatre ans, les prix de l'immobilier ont déjà doublé. » W