une famille sous influence

Orianne Dupont

— 

La secrétaire générale du parquet 
a donné une conférence de presse, hier.
La secrétaire générale du parquet a donné une conférence de presse, hier. — C. BLUMBERG / 20 MINUTES

La plainte déposée par Guillaume de Védrines, vendredi, dans l'affaire de manipulation mentale dont sa famille est victime, confirmerait l'emprise du « gourou » Thierry Tilly. Un dossier sur lequel le parquet de Bordeaux a fait un point, hier. Depuis 2001, Thierry Tilly aurait maintenu sous sa coupe onze membres de la famille de Védrines, des aristocrates du Lot-et-Garonne, dans la région d'abord, puis en Angleterre (à Oxford), où sept personnes vivent toujours recluses. Interpellé en Suisse fin octobre, Thierry Tilly a été mis en examen pour escroquerie, extorsion, séquestration et actes de torture et de barbarie. Il est en détention provisoire et risque la prison à perpétuité, mais nie les faits qui lui sont reprochés.

Pour Jean Marchand, dont l'ex-femme, Ghislaine de Védrines, et les deux enfants se trouvent toujours à Oxford, 2009 est un tournant dans l'affaire. « L'arrestation de Tilly est une étape majeure, reconnaît-il, ainsi que la sortie [de l'exil britannique] de quatre personnes de la famille, mais il en reste toujours sept. On peut considérer qu'ils sont en danger, car ils continuent d'obéir aux ordres. » Il regrette que le travail de la justice ait été si long. « Une procédure d'instruction a été ouverte en mars 2005, en raison de mouvements de fonds suspects (voir encadré), rétorque Agnès Auboin, la secrétaire générale du parquet, et des membres de la famille ont été entendus. Ils ont alors exclu toute manipulation. » Mais depuis, quatre d'entre eux ont quitté le groupe et dénoncé les agissements du gourou. C'est justement la difficulté de cette affaire, a rappelé le parquet, puisqu'il faut pouvoir démontrer l'état d'emprise des victimes, à l'aide de preuves, alors que toutes n'en ont pas encore conscience.

Le juge d'instruction attend désormais le feu vert pour poursuivre ses investigations en Grande-Bretagne. Une attente partagée par Jean Marchand, qui espère « la sortie des autres très prochainement ». W