Verdict dans l'affaire Laplace

— 

Un projet thérapeutique alternatif à la barre. Demain, l'association Rénovation, spécialisée dans la prise en charge d'ados et d'adultes affectés par des troubles du comportement et des maladies psychiques, va connaître le verdict dans l'affaire du meurtre de Denise Laplace, en avril 1997 au foyer médico-social Danglade de Pessac. L'infirmière avait été poignardée à 59 reprises par un malade mental. Pourtant, les patients de ce foyer - un lieu ouvert et destiné à favoriser leur réinsertion sociale - étaient considérés comme stabilisés. Si le meurtrier a bénéficié d'un non-lieu car jugé irresponsable au moment des faits, l'association risque 10 000 euros d'amende pour homicide involontaire. W