Trois lycées de Gironde initient le mouvement de grève

— 

Le mois de novembre est une saison propice aux mouvements lycéens. La Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl) organise ce matin, à 10 h 30, un rassemblement place de la Victoire à Bordeaux, « pour informer les élèves des réformes à venir et organiser des actions futures ». Ryan, représentant girondin du syndicat, est formel : « Avant de bloquer des lycées ou de lancer des manifs, il faut faire un état de nos forces et coordonner le mouvement. »

Depuis jeudi, plusieurs établissements sont le théâtre de blocages spontanés : Max-Linder à Libourne, ainsi que Les Iris et Elie-Faure à Lormont. Des mouvements plus ou moins tolérés par l'administration. Si les grilles des deux premiers lycées cités ont été entravées, les responsables du lycée Elie-Faure se sont montrés intransigeants. « On se heurte à un mur. Ils empêchent toute mobilisation et cassent l'esprit militant des lycéens à coup de menaces d'heures de colle », déplore un élève de terminale scientifique. Selon lui, « le mouvement aura beaucoup de mal à prendre cette année ». Principales inquiétudes des lycéens : les suppressions de postes annoncées par le gouvernement dans le secondaire. « 11 500 en 2008, 13 500 en 2009 et 16 500 en 2010 en France », énumère le représentant de la Fidl. « Comment construire un meilleur lycée en supprimant autant de moyens ? », interroge-t-il. W

M. G.