Les girondins boivent la tasse

NICOLAS PION

— 

Marc Planus aux prises avec le défenseur lillois Gervinho, hier à Villeneuve-d'Ascq.
Marc Planus aux prises avec le défenseur lillois Gervinho, hier à Villeneuve-d'Ascq. — D. CHARLET / AFP

Dur retour sur terre pour les Girondins, lors de la 12e journée de L1.

Cinq jours après avoir arraché leur qualification pour les 8es de finale de la Ligue des champions sur le terrain du Bayern Munich (0-2), les Marine et Blanc se sont inclinés à Villeneuve-d'Ascq, hier contre Lille (2-0). Les Bordelais n'ont inquiété le Losc qu'à une seule reprise, par l'intermédiaire de Marouane Chamakh (29e). Trop peu pour espérer quoi que ce soit, d'autant qu'en seconde période, les hommes de Laurent Blanc se sont lentement mais sûrement sabordés.

Dépourvus de vivacité et d'inspiration, paradoxalement moins frais que leurs adversaires, ils ont vu Yohan Cabaye ouvrir le score à la 69e, puis Florent Balmont doubler la marque sur penalty à la 86e, suite à une grossière erreur de Mickaël Ciani. « Nous n'avons pas été bons, tout simplement », analysait le défenseur bordelais, Marc Planus, à chaud. Nous avions tout pour réussir, et nous ne nous sommes pas donné les moyens de nos ambitions, en passant encore mentalement à travers. » Car le zéro pointé de Villeneuve-d'Ascq stigmatise les lacunes girondines actuelles : 3e défaite en seulement 12 journées, et surtout 3e revers consécutif à l'extérieur en L1. Trop, sans doute, pour que le champion demeure candidat à sa propre succession sans rectifier vite le tir. W