Des fans dans la peau de leurs héros

Julie Millet

— 

Des membres de ChibiNeko : Sarah (Gothic Lolita), Aurélie (Amy Sorel) et Samos (Mario).
Des membres de ChibiNeko : Sarah (Gothic Lolita), Aurélie (Amy Sorel) et Samos (Mario). — C. BLUMBERG / 20 MINUTES

Si ChibiNeko a choisi de prendre un nom japonais (« petit chat »), c'est parce que cette nouvelle association bordelaise s'inspire d'un mouvement très populaire dans l'archipel nippon : le cosplay. Ces fans de mangas, d'anime ou de jeux vidéo portent les costumes de leur personnage favori, comme Mario le plombier ou Naruto le ninja, ou bien d'un style vestimentaire, comme les Gothic Lolita ou les Sailor Fuku (des collégiennes en uniforme).

Si ce phénomène était jusque là cantonné à Paris, la manga attitude arrive doucement à Bordeaux. L'ouverture aujourd'hui du premier café manga le prouve (lire notre édition d'hier). Le plus souvent étudiants, ces jeunes ont grandi avec des BD japonaises. « J'ai commencé à lire les mangas dès 8 ans. A l'époque, il n'y avait pas de traduction », raconte Samos, 28 ans, le président de l'asso. Mais la lecture ne leur suffit pas, ils ont décidé de pratiquer le cosplay. « Je possède près de 200 tenues différentes », précise Samos. Aurélie, 22 ans, étudiante en pharmacie a créé elle-même son habit inspiré d'Amy Sorel, un personnage du jeu vidéo « SoulCalibur » : « J'ai une passion pour la couture et j'ai fait 7 ans de théâtre. Le cosplay a permis de réunir mes passions. »

L'association envisage d'ouvrir des ateliers couture pour ses membres, une trentaine à ce jour. En effet, lors des concours, les costumes doivent être fabriqués à la main. Certains, comme Sarah, 20 ans au look de Gothic Lolita, portent ces vêtements le plus souvent possible. « Au lycée, ce n'est pas possible. Mais quand je sors, j'assume », explique-t-elle. A Bordeaux, les cosplayeurs se retrouvent le week-end place Pey-Berland, en attendant de trouver un local. W

Sur Internet, le forum de l'association :

http://chibineko.c.la