Les ostréiculteurs craignent de n'avoir « plus rien à vendre »

— 

Les ostréiculteurs attendent aujourd'hui les résultats du test de la souris, désormais mensuel. Après les fermetures à répétition qui les ont pénalisés durant l'été, les professionnels constatent, depuis un mois, que le marché semble repartir. Avec un petit bémol : les ventes n'atteignent pas le même niveau que l'année dernière à la même époque. « Mais ce n'est pas notre produit qui est en cause, précise Jean-Charles Mauviot, à la section régionale conchylicole. Le bassin de Marennes subit, lui aussi, cette légère baisse. » Pas de perte de confiance des consommateurs, restés fidèles aux huîtres du bassin d'Arcachon, donc.

Les producteurs espèrent rattraper leur chiffre d'affaires avec les fêtes de fin d'année. Mais si la plupart des ostréiculteurs devrait disposer d'un stock suffisant pour assurer les livraisons massives attendues à cette période, certains craignent de nouvelles difficultés dès le début 2010. « Des producteurs nous disent qu'après les fêtes, ils n'auront plus rien à vendre », s'alarme le directeur de la section conchylicole. Les fortes mortalités enregistrées sur les naissains (les jeunes huîtres) ces deux dernières années ont creusé un déficit important dans la production. Pour l'instant, aucune cause n'a été avancée pour expliquer cette hécatombe. « On craint que cela ne recommence au printemps prochain », se désolent les professionnels. W

S. L.