Un accompagnement mis en place pour les Roms de la CUB

— 

La situation des familles roms de l'agglomération enfin prise en compte par les pouvoirs publics. Hier, la préfecture de la Gironde, la mairie de Bordeaux et la Communauté urbaine se sont entendues sur un projet d'accompagnement. « Une association sera mandatée dans les prochains jours pour superviser les actions, en collaboration avec celles qui interviennent déjà aux côtés de ces populations comme Médecins du monde et Procom », annonce Véronique Fayet (Modem), adjointe d'Alain Juppé chargée de la Solidarité. « L'idée consiste à proposer un projet à chaque famille, poursuit-elle. Elles auront le choix entre une stabilisation de leur situation sur place et un retour au pays ».

Des logements dignes leur seront également proposés : « Nous chercherons des immeubles vacants, mais nous éviterons les regroupements de plus de 15 personnes », précise l'élue. Le dispositif concernera toutes les familles roms résidant dans la CUB, soit 200 à 400 personnes, selon les estimations. Le projet était en gestation depuis longtemps, mais il aura fallu l'incendie d'un squat le week-end dernier, avenue Thiers, abritant 80 familles bulgares, pour déclencher un passage à l'acte. L'Etat s'est engagé à financer le projet à plus de 50 %. La ville de Bordeaux et la CUB, également prêtes à mettre la main à la poche, espèrent que les autres communes concernées et le conseil général les rejoindront. W

Marion Guillot