Les basques résistent à la LGV

— 

Selon uneétude du cabinet Citec, les voies existantes sont largement suffisantes.
Selon uneétude du cabinet Citec, les voies existantes sont largement suffisantes. — C. BLUMBERG / 20 MINUTES

Une marche contre la ligne à grande vitesse Sud-Europe-Atlantique, organisée aujourd'hui, à Bayonne. Alors que le projet se clarifie (deux options de tracé ont été choisies en septembre et la concertation est en cours), les maires des communes basques concernées continuent de dénoncer cette création de ligne. Pour motiver leur refus, ils se fondent sur une étude réalisée par le cabinet Citec, commandée par leurs soins, qui stipule que les voies existantes aménagées pourront absorber le trafic prévisible, voyageurs et fret, pendant « au moins un demi-siècle », et cela « même en tenant compte de prévisions de trafic largement surestimées », a rappelé à l'AFP Michel Hiriart, président de la communautés de communes Sud Pays basque. Argument qui contrecarre ceux de Réseau ferré de France (RFF) : les communes basques ont demandé l'organisation d'un débat contradictoire entre les ingénieurs du cabinet Citec et ceux de RFF. W