L'Opéra Pagaï joue à décaler le quotidien

Julie Millet

— 

Se transformer en badaud voyeur dans les rues de la ville, revivre sa rentrée de sixième dans une vraie salle de classe ou assister à un concert rock interprété par des marionnettes... Assister à un spectacle de la troupe Opéra Pagaï, c'est accepter de plonger dans une réalité fictive. Au fil des ans, la compagnie s'est spécialisée dans le détournement du quotidien, en créant des spectacles in situ, avec la complicité - parfois involontaire - des habitants et du public.

« Nous voulons que le spectateur se sente concerné par ce qui se passe, qu'il se sente impliqué, pas comme devant sa télé », explique Cyril Jaubert, le porte-parole de la compagnie. Avec « Safari Intime », la trentaine de comédiens investit par exemple les maisons d'un quartier et les transforme en tanières d'une espèce unique : l'homme. Du mâle solitaire à la femelle débordée par sa portée, le public est invité à regarder par les fenêtres et à découvrir un zoo en forme de miroir. C'est là tout le génie de la compagnie bordelaise : réussir à faire du spectateur le complice-voyeur du théâtre de sa propre vie et le faire rire des stéréotypes les plus répandus. Depuis presque quinze ans, cette bande de copains formée sur les bancs de l'IUT Carrières sociales, à Talence, offre des propositions de voyage très variées. Amateurs de désordre, ces comédiens cherchent à insuffler de la fiction et de la poésie dans le quotidien. Et surtout, à faire vivre une aventure aux spectateurs. D'ailleurs, « on ne dit pas qu'on a vu leur spectacle, mais qu'on l'a fait », observe Sylvie Violan, directrice du Carré-Les Colonnes, qui leur offre cette saison une véritable carte blanche en programmant trois de leurs spectacles : « Safari Intime », « 80 % de réussite » et « High Dolls » (lire ci-dessus). La troupe, qui vient de signer une convention avec le ministère de la Culture via la Drac Aquitaine, est aujourd'hui reconnue par le milieu artistique. Une reconnaissance comme un encouragement à poursuivre ses expériences. W

*www.operapagai.com.