La bataille des villas continue au Ferret

— 

Les pelleteuses ne reviendront pas à la Pointe aux Chevaux. Du moins pour l'instant. Les époux Baron, qui avaient été contraints à démolir leur luxueuse villa en 2006 et qui demandaient le même traitement pour les dix-sept familles du voisinage à l'origine de cette action, ont été déboutés. Mardi soir, la 7e chambre civile du tribunal de grande instance de Bordeaux a en effet jugé les demandes des Baron « irrecevables », au motif qu'ils n'ont plus le statut de propriétaires. Ils ont par ailleurs été condamnés à verser 2 500 euros à chaque famille, au titre des frais de justice engagés. Pourtant, les constructions visées dérogent toutes au cahier des charges établi pour le lotissement, qui n'autorise que les maisons de plain-pied. Les avocats des Baron, qui se réservent la possibilité de faire appel, dénoncent une décision « juridiquement incompréhensible ». « En 2005, le même tribunal avait jugé le dossier recevable et l'expertise est accablante pour les voisins », s'indigne Maître Quintard. W

M. G.