Défendre La Poste est punissable

— 

Six communes assignées en justice par le préfet de Gironde pour avoir permis l'organisation d'une consultation citoyenne sur la privatisation de La Poste. Les maires de Prignac-et-Marcamps, Saint-Caprais de Blaye, Donnezac, Cubzac-les-Ponts, Frontenac et Pomerol sont attendus demain au tribunal administratif, à la veille du référendum. Leur tort ? Avoir prêté des locaux à des associations et voté des délibérations en vue de l'organisation du référendum, dont la conséquence dans ces petites communes pourrait être la fermeture du seul et unique bureau, même communal. Comme dans la plupart des villes, le maire adjoint de Cubzac-les-Ponts ne s'y attendait pas : « Surtout que ce n'est pas la mairie qui organise la consultation », souligne-t-il. Cette consultation, sans valeur juridique, lancée par les opposants à une transformation en société par actions de La Poste, se tient depuis lundi dans près de 5 000 lieux de vote, selon ses organisateurs. Les résultats définitifs seront publiés lundi. W

O. D.