L'Assomption pour une école vierge d'antennes

— 

La tour France 3, au coeur de la polémique.
La tour France 3, au coeur de la polémique. — C. BLUMBERG / 20 MINUTES

Pour combien d'années la société Orange a-t-elle installé ses trois antennes-relais sur la tour France 3, juste en face de l'école de l'Assomption ? Les parents d'élèves devront patienter quinze jours avant de le savoir. Hier matin, en mairie, l'autorisation de travaux n'était pas consultable. « On attend de voir la convention, avant de décider si l'on va en justice. Par principe, on y est prêts », explique Pascale Hotter, membre du collectif anti antennes l'Assomption C3A. C'est en mars que les parents ont remarqué l'installation, à une trentaine de mètres de l'école. « Bêtement et naïvement », ils pariaient au départ sur la bonne volonté des parties pour les démonter. Le maire de Bordeaux avait même affirmé, en mai, sur France 3, qu'il fallait « maintenir la règle d'interdiction des antennes-relais dans un périmètre de cent mètres autour des écoles ». Mais par la suite, la ville a précisé que cela ne concernait que les futures installations. Même si les rayonnements relevés sont inférieurs aux normes, les parents souhaitent l'application du principe de précaution. Leur inquiétude est « partagée » par la nouvelle directrice de l'école, Noëlle Marchesseau, qui a entamé des « démarches auprès de la mairie » pour obtenir le démontage des antennes. Les parents comptent inviter Jean-Pierre Bertrand, directeur de France 3, à visiter l'école. « Au deuxième étage, on est nez à nez avec les trois antennes », se désespère une mère de famille. W

B.M.