Bordeaux veut son Guggenheim

Benoît Martin

— 

Bordeaux ne dispose actuellement d'aucun lieu d'envergure dédié au vin.
Bordeaux ne dispose actuellement d'aucun lieu d'envergure dédié au vin. — C. BLUMBERG / EPA / SIPA

« Un geste architectural fort pour un équipement incontournable. » Roland Feredj, directeur du Centre interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), résume ainsi ce que devrait être le futur Centre culturel du vin, dont l'inauguration est prévue en 2013. Méthodes de vinification, présentation des terroirs, accès aux circuits oeno-touristiques... Le lieu sera avant tout destiné aux touristes. Ses 10 000 m2 pourraient accueillir 400 000 visiteurs par an. De quoi combler une réelle lacune dans la capitale du vin qui ne dispose d'aucun espace d'envergure dédié au divin breuvage.

« A Bilbao, le musée Guggenheim est immanquable », poursuit Roland Feredj. A Bordeaux, peu importe l'emplacement, du moment qu'il est accessible. » Deux sites sont à l'étude : « L'un, rive gauche, aux bassins à flots, à l'entrée de l'écluse. L'autre, rive droite, à côté de la caserne des pompiers, à la place du parking-relais », précise Sylvie Cazes, conseillère municipale de Bordeaux, déléguée à l'oeno-tourisme. « Rien n'est possible en centre-ville. » Pour Philippe Dorthe, vice-président PS du conseil régional en charge du tourisme, les deux sites se défendent : « Bacalan est marqué par l'histoire et le négoce. Bastide a une visibilité physique parfaite. » L'enjeu est de taille, en termes d'image et de retombées économiques : « La ville doit montrer qu'elle s'inscrit dans le futur. Et le vin, dans l'innovation », s'enthousiasme Sylvie Cazes. Le projet monte en puissance : un comité de pilotage et un comité culturel viennent d'être créés. « On entre aussi dans la phase de finalisation juridique et financière », précise Philippe Massol, directeur de la préfiguration. Cinq partenaires, outre l'Etat et l'UE, ont répondu oui pour financer les 55 millions d'euros prévus (lire encadré). « Bordeaux doit aller bien au-delà des chiffres annoncés, estime Philippe Dorthe. C'est elle qui récoltera le plus les bénéfices. » W