Pola prend un nouvel élan à Bacalan

Benoît Martin

— 

Les membres du collectif devant leurs nouveaux locaux, l'ex-siège de la Citram.
Les membres du collectif devant leurs nouveaux locaux, l'ex-siège de la Citram. — source : coopérative Pola.

Un lieu inédit dans le paysage culturel bordelais. La fabrique artistique Pola, qui a vu le jour il y a neuf ans, inaugurera ses nouveaux locaux lundi prochain. Derrière ces quatre lettres se cache une fédération d'artistes et d'associations culturelles de l'agglomération couvrant un grand nombre de disciplines : arts plastiques, photographie, spectacle vivant, urbanisme, vidéo, graphisme, son, etc.

Ce besoin d'espace de travail collectif a été pensé dès la création de Pola, mais il a fallu « convaincre la collectivité de la nécessité d'une implantation réelle, légale et durable », explique Gaby Farage, du Bruit du frigo, membre de la coopérative. Voilà qui est fait. Certes, le bail de deux ans avec la mairie reste précaire, mais depuis juin, cet espace foisonnant existe, rue Corneille, face aux bassins à flots. Auparavant, les bâtiments abritaient le siège des bus de la Citram. Un cadre suffisamment vaste pour déployer des projets, mutualiser des moyens de production et partager des compétences. Les membres de Pola ont déjà investi ce mini-labyrinthe d'espaces de tailles différentes. Certains bureaux sont restés tels quels, d'autres se sont transformés en labo photo ou en atelier de sérigraphie. Sur deux niveaux, ça sent la cuisine, l'encre ou le dissolvant.

Petits bémols, cependant : le lieu est moins central et accessible que le TNBA ou le CAPC, et il est impossible d'y accueillir du public. Situés dans un quartier en pleine mutation, ces locaux pourraient n'être qu'une simple transition vers une installation au sein de l'immense caserne Niel, rive droite, où une fabrique créative est également en projet. W