Un lycée qui fonctionne à l'ensoleillement

Marion Guillot

— 

Recouvert de panneaux photovoltaïques, le bâtiment produira sa propre électricité.
Recouvert de panneaux photovoltaïques, le bâtiment produira sa propre électricité. — DR

Des émissions de gaz à effet de serre divisées par six

par rapport au niveau

réglementaire. Le futur lycée polyvalent de Bègles, qui verra le jour en 2012, est un rêve énergétique. « Ce sera le plus performant de France », a même annoncé hier Alain Rousset, président PS du conseil régional d'Aquitaine, qui finance le projet à hauteur de 60 millions d'euros.

L'établissement se compose de plusieurs îlots, organisés autour d'un grand bâtiment. Sinueux et tout en longueur, il abrite les salles de cours. Il s'accompagne d'une résidence lycéenne, de logements de fonction, d'un gymnase, d'un plateau sportif et d'une cour.

Elément notable : les toitures sont toutes recouvertes de panneaux solaires. Pas moins de « 440 m2 de capteurs, destinés à alimenter le chauffe-eau solaire relié aux sanitaires des logements et du gymnase, ainsi que 2 200 m2 de cellules photovoltaïques, qui produiront de l'électricité », détaille Philippe Laville, thermicien du bureau d'études bordelais Cap Ingelec, en charge du projet. L'électricité produite devrait rapporter « près de 77 000 eur par an, suivant l'ensoleillement », prévoit Alain Rousset. Ce qui devrait largement compenser la consommation du lycée. Un soin particulier a également été apporté à l'isolation des bâtiments. Leur ossature est en béton, mais leurs faces sont recouvertes de bois. « Une exposition Nord-Sud a été retenue pour favoriser la luminosité », ajoute l'architecte Philippe Veron, de l'agence Ersol. Et la fraîcheur ne sera pas issue de la clim, mais d'une ventilation naturelle, la nuit.

L'équipe de paysagistes Trouillot et Hermel veillera quant à elle au respect de la végétation existante. Abandonnée depuis près de quinze ans, la clairière qui servira d'écrin au lycée abrite de nombreuses essences. Aux limites de Bègles et de Villenave-d'Ornon, ce secteur un peu oublié devrait enfin être desservi par la troisième phase du tram « d'ici à 2013-2014 », a précisé hier Vincent Feltesse, président PS de la CUB. W