Un avenir créatif pour Paludate

Marion Guillot

— 

Le site se divisera en deux bâtiments qui accueilleront la Frac et des agences culturelles.
Le site se divisera en deux bâtiments qui accueilleront la Frac et des agences culturelles. — P. SAURA / 20 MINUTES

A l'horizon 2015, le secteur des abattoirs de Bordeaux aura changé d'identité. Un pôle culturel régional, à vocation nationale et internationale, va en effet voir le jour entre le quai et la gare Saint-Jean, à deux pas de la halle des abattoirs. Chiffré à 40 millions d'euros pour une surface de près de 5 000 m2, ce projet porté par la région Aquitaine et l'Etat a été présenté hier.

Ses promoteurs souhaitent « un geste architectural fort ». Divisé en deux bâtiments, ce pôle accueillera le Fonds régional d'art contemporain (Frac) Aquitaine. A l'étroit aux bassins à flot, l'établissement prévoit d'enrichir et de faire rayonner sa collection (qui compte près de 1 000 oeuvres) à travers toute la région. Des artistes seront également invités à « créer » sur place et à échanger avec le public. Le second bâtiment est réservé aux agences culturelles régionales : l'Office artistique de la région Aquitaine (Oara) et Ecla (Ecrit, cinéma, livre, audiovisuel). Le futur Institut du design industriel, cher au président de région Alain Rousset, y aura également sa place. A terme, « une cinquantaine de personnes devraient travailler au sein du pôle », précise Frédéric Vilcoq, conseiller régional en charge de la culture. Pour la directrice du Frac Aquitaine, Claire Jacquet, c'est un changement très positif : « En 2015-2016, avec l'arrivée du TGV à Bordeaux, on va passer de 8 à 40 millions de voyageurs. Et nous serons à quelques centaines de mètres de ce carrefour, entre Toulouse et la péninsule ibérique. Nous aurons une tout autre diffusion », se réjouit-elle. Les abattoirs, eux, cesseront leur activité début 2011. La grande halle devrait être conservée, mais sa destination reste à définir. W