Des bunkers pris d'assaut par la culture

Marion Guillot Photos : Pascal Saura

— 

A Bègles, les anciens entrepôts de l'armée sont devenus furieusement tendance. Rachetées par la ville en 2002, les friches des Terres-Neuves abritent aujourd'hui un « parc de l'économie créative » bouillonnant d'activités. Les premières sociétés ont commencé à coloniser les seize bâtiments courant 2004, une fois la dépollution du sol achevée. Elles sont 56 aujourd'hui : production audiovisuelle, agences de photo reporters, sociétés de communication, labels musicaux, webmasters, graphistes, stylistes, salles de spectacle... Les membres du groupe Noir Désir y ont même installé leurs bureaux. Décrocher sa place aux Terres-Neuves est même devenu impossible : « Nous avons une trentaine de demandes en attente, mais tout est déjà réservé et nous devons garder quelques surfaces pour accueillir des tournages », explique Rosa-Maria Ramos, porte-parole de la Saemcib, Société d'économie mixte chargée de rénover et d'exploiter les bâtiments pour le compte de la mairie. A terme, une centaine de sociétés sont attendues sur le site. Une place événementielle verra également le jour au milieu du bâtiment central « en U », dédiée au cirque, concerts et autres spectacles. « Elle sera semi-couverte et décorée de lampions », précise Rosa-Maria Ramos. Située au coeur des Terres-Neuves, cette place sera reliée au terminus du tramway par une « rambla » (passerelle piétonne).

A son extrémité, un autre espace de vie est en projet, à l'emplacement des anciennes tours de la cité Yves Farge. L'habitat social vétuste des années 1960 sera remplacé par des bâtiments ultramodernes. Un « pôle image et son » verra également le jour, oeuvre de l'architecte Claude Marty, le concepteur du commissariat central de Bordeaux. Ce bâtiment de 6 000 m2 sera doté d'un plateau de cinéma, d'une salle de postproduction et de bureaux. Les tours d'Yves-Farge, dont les deux rescapées tomberont en septembre et début 2010, marquaient fortement l'identité du quartier. « Mais nous garderons 30 % de logements sociaux », souligne Jean-Etienne Surlève-Bazeille, adjoint à l'urbanisme à la mairie de Bègles. Une opération de renouvellement urbain, chiffrée à 9 millions d'euros, a été lancée par la municipalité avec le soutien de l'Agence nationale du renouvellement urbain (Anru). Sur les 450 logements de la cité, 285 sont en cours de reconstruction et les 165 situés dans les barres seront réhabilités par des architectes de renom comme les agences King-Kong. La mue des Terres-Neuves devrait s'achever en 2012. W