Lobbying bordelais à l'ouvrage

— 

L'aura d'un maire comme Alain Juppé contre la ténacité d'une association. TransCub et le premier magistrat de Bordeaux se sont livrés à un bras de fer intense, hier à Séville, où le comité du patrimoine de l'Unesco est réuni depuis lundi. Il s'agit d'établir la liste des nouveaux sites qui accèdent au rang de patrimoine mondial de l'humanité. Mais aussi de faire le point sur ceux qui sont déjà classés. Et Bordeaux pourrait bien être sur la sellette si le projet de pont levant Bacalan-Bastide ne convient pas aux experts de l'Unesco.

Dès lundi, Denis Teisseire, le président de Transcub et cinq membres de l'association se sont rendus sur place pour rencontrer le comité de vote. Ils lui ont expliqué pourquoi ils étaient opposés à cet ouvrage qui « porterait atteinte à la valeur exceptionnelle du bien ». Alain Juppé a rappelé l'importance d'un nouveau franchissement de la Garonne pour Bordeaux et les possibilités offertes par un pont levant pour accueillir des bateaux de croisière. W

S. L.