Gironde : Le département veut donner un bon coup de pédale pour se hisser au top du cyclotourisme

A BICYCLETTE Le département ambitionne notamment de passer d’environ 2.400 km d’aménagements cyclables à 3.400 km d’ici 2026

Mickaël Bosredon
— 
Des cyclistes sur l'itinéraire Vélodyssée à Arcachon (Gironde).
Des cyclistes sur l'itinéraire Vélodyssée à Arcachon (Gironde). — J.Damase/Vélodyssée
  • La Gironde s’appuie déjà sur un maillage d’itinéraires cyclables parmi les plus conséquents en France.
  • Gironde Tourisme veut toutefois aller plus loin et ambitionne de développer les aménagements cyclables.
  • La structure veut aussi développer les services autour de ces itinéraires pour partir à la découverte de l’ensemble du département, pas seulement le littoral.

La saison estivale en Gironde « s’annonce très bonne avec une fréquentation très importante sur le littoral » a rappelé ce mardi Karine Desmoulin, présidente de Gironde Tourisme et conseillère départementale déléguée au tourisme. « Il sera donc pertinent d’utiliser le vélo si on veut se déplacer aisément » glisse-t-elle, alors qu’elle compte faire de la Gironde l’un des premiers départements cyclotouristiques de France.

Avec trois grands itinéraires dans le top 10 de fréquentation en France, dont deux eurovéloroutes (la Vélodyssée, 1.450 kilomètres de Roscoff à Hendaye, et la Scandibérique, partie française de 1.700 km de l’EuroVélo 3 qui va de Trondheim à Saint-Jacques-de-Compostelle) et le Canal des Deux-Mers qui relie la côte Atlantique à la Méditerranée, la Gironde possède déjà un fort potentiel pour les cyclotouristes. Un maillage existant a par ailleurs permis de créer le tour de Gironde à vélo, un parcours de 430 km des vignobles à l’océan.

Enfin une centaine de boucles proposent diverses balades, dont 14 permettent de découvrir le vignoble. Mais le département veut aller plus loin, et ambitionne de passer d’environ 2.400 km d’aménagements cyclables, dont 600 km en site propre, à 3.400 km d’ici 2026.

Nouvelles offres

« De nouveaux itinéraires seront notamment créés dans le sud Gironde, dans l’Entre-Deux-Mers, mais il est aussi important de rendre l’existant plus visible » relève la présidente de Gironde Tourisme. C’est pourquoi la structure « va investir 200.000 euros sur trois ans, de manière à constituer une véritable boîte à outils digitale pour les touristes qui veulent programmer un séjour à vélo, qui comprendra notamment une nouvelle rubrique sur le site Internet avec une carte interactive, des itinéraires sur-mesure, ainsi que des services et des hébergements » détaille Karine Desmoulin.

Preuve du dynamisme de cette activité, 125 loueurs de vélo sont désormais disponibles en Gironde, dont 17 à proximité des gares. « Une belle évolution depuis 2012, où seulement une dizaine se partageait le marché », se félicite Gironde Tourisme. Et de nouvelles offres se développent, comme celle de One Way, qui permet de récupérer son vélo à un point A et le rendre à un point B à la fin de son séjour. Enfin, plusieurs services, comme des bornes de réparation vélo, sont installés sur le territoire, notamment sur le Parc naturel régional du Médoc.

Et, à l’heure où les touristes de toute la France s’apprêtent à débarquer en force sur le littoral girondin, Karine Desmoulin rappelle « qu’on peut sillonner tout le territoire, où il y a des choses fabuleuses à découvrir en dehors de la côte, à d’autres moments que l’été, où ce sera même plus confortable. »