Un agriculteur: «Quelqu'un se gave sur notre dos»

BORDEAUX Les producteurs girondins doivent bloquer jeudi soir une plate-forme de produits frais de Carrefour...

Marion Guillot, à Bordeaux

— 

«On nous achète nos produits toujours moins cher, mais en rayon, les prix ne baissent pas.» Franck Ballester, secrétaire de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA), résume le ras-le-bol de la profession. Pour protester contre la politique tarifaire de la grande distribution et l’immobilisme de l’Etat, le syndicat a appelé les producteurs girondins à bloquer, jeudi soir, une plate-forme de produits frais de l’enseigne Carrefour, à Beautiran.

Première revendication: la mise en service de l’Observatoire des prix et des marges. Promis par le gouvernement il y a quelques mois, il est toujours à l’état de projet. «Or cet outil nous est indispensable pour savoir à qui profitent les marges réalisées sur nos produits», souligne Franck Ballester.

«La grande distribution menace l’avenir des exploitations»

Il cite l’exemple du lait: «Les laiteries qui achètent en gros et alimentent la grande distribution accusent les grandes enseignes de faire pression pour baisser les prix, et vice-versa. On ne sait pas qui a raison, mais ce qui est sûr, c’est que quelqu’un se gave sur notre dos.»

Les agriculteurs réclament également la possibilité de renégocier les prix à la hausse. «A force de tirer les prix vers le bas, la grande distribution menace les emplois et l’avenir des exploitations», accuse la FDSEA. Selon le syndicat, l’agriculture représente près de 68.000 emplois directs en Aquitaine, auxquels s’ajoutent 50 000 emplois indirects.