Jeu de sièges musicaux à la CUB

Orianne Dupont

— 

La communauté urbaine, où la gauche est majoritaire, pourrait passer à droite.
La communauté urbaine, où la gauche est majoritaire, pourrait passer à droite. — P. SAURA / 20 MINUTES

Un savant calcul pourrait bouleverser l'équilibre de la Communauté urbaine

de Bordeaux, révélait hier le quotidien Sud Ouest. En janvier 2008, la mairie de Bruges avait déjà alerté la CUB : le dernier recensement révélait une hausse de sa population justifiant l'obtention d'un siège supplémentaire. La publication des chiffres, en janvier dernier, a confirmé cette progression de près de 3 000 habitants. Même scénario à Bordeaux. A l'inverse, en cas de réajustement, Floirac et Lormont perdraient un siège. Au final, le rapport de forces s'inverserait : la droite devancerait la gauche. Un risque potentiel pour le siège du président PS, Vincent Feltesse.

« Le nombre de sièges est attribué en fonction de la population de la ville et nous sommes sous-représentés, regrette-t-on à la mairie (UMP) de Bruges. Mais il ne s'agit pas d'une déclaration de guerre. » La démarche est peut-être différente pour la mairie (UMP) de Bordeaux, mais Alain Juppé, en déplacement hier, n'a pu s'exprimer sur le sujet. Ce dernier a saisi la préfecture, où le dossier est actuellement étudié. « Vincent Feltesse lui-même avait dit qu'il fallait une corrélation entre la population d'une ville et le nombre de ses conseillers », indique-t-on à la mairie de Bruges. Cette dernière attend donc que la CUB se saisisse du dossier et demande aux communes représentées de prendre position. « Il s'agit du respect des règles démocratiques », souligne la mairie. « Vincent Feltesse est tranquille, commente-t-on à la CUB. Pour laisser sa place, il devrait d'abord démissionner et comme il y a un recensement tous les ans, ça paraît surréaliste. » La collectivité attend que le préfet se prononce. W