Des « Friends » à la bordelaise

Orianne Dupont

— 

Une maison avec jardin pour le prix d'un studio.

« Je m'adresse aux jeunes actifs

temporaires », explique Corinne Roussille, créatrice d'ACCA Immobilier *. « La colocation des salariés est en plein boom, ajoute-t-elle, car l'emploi se précarise, implique beaucoup de déplacements et de missions de quelques mois. » Alors plutôt que de loger seul à l'hôtel, les salariés peuvent s'installer à plusieurs dans une maison meublée.

Un avantage pour cette génération « Friends », qui veut de l'espace et de la compagnie. Et une idée qui tombe au bon moment. « Les agences ont du mal à louer les grandes maisons, souvent trop chères pour une famille », précise la fondatrice de l'agence. Et les ventes sont en berne. C'est d'ailleurs ce qui a expliqué le choix de Benoit, qui a récemment hérité d'un pavillon à Villenave-d'Ornon. Décidé à le vendre, il l'a fait agrandir, mais le contexte l'a fait changer d'avis. Il a alors opté pour la location. « J'en voulais 1 000 euros, mais pour un couple, c'est cher. J'avais alors pensé à la colocation étudiante, mais Villenave n'est pas intéressant pour les étudiants, et puis, ils peuvent parfois être difficiles à gérer. » La situation a donc été trouvée : cinq colocataires s'y installeront. Pour 400 ou 500 euros chacun, ils auront une maison de 140 m2 avec terrain, au pied de la rocade et des commerces. « Et proche du McDo, précise Luc Deleplanque, conseiller chez ACCA. C'est important pour des trentenaires ! » Le propriétaire, qui souhaite différer la vente de sa maison, y trouve aussi son compte car, pour les meublés, les baux sont de courte durée. Selon l'agence, il y aurait une centaine de biens de ce type dans la CUB. W

* www.acca-immo.com.