La LGV s'invite à la table de Sarko et Juppé

— 

« Il faut se focaliser sur la section Tours-Bordeaux pour alléger

le projet. » Le maire de Bordeaux, inquiet du retard pris par le dossier de ligne à grande vitesse (LGV) Sud-Europe-Atlantique, a abordé le sujet, hier midi, lors d'un tête-à-tête avec Nicolas Sarkozy. Alors que Michèle Alliot-Marie, élue au Pays Basque, s'est prononcée pour l'abandon des études au sud de Bayonne, Alain Juppé craint que l'ensemble du projet ne soit reporté. Il a demandé hier au président de la République le lancement de la section Tours-Bordeaux. W