Bordeaux : Comment l’appli MyPal propose des soirées sécurisées chez des particuliers

START-UP Le Bordelais Loris Helleux lancera à compter du 19 juin son appli MyPal dans toute la France

Mickaël Bosredon
— 
Loris Helleux, entrepreneur bordelais à l'origine de l'aplication MyPal
Loris Helleux, entrepreneur bordelais à l'origine de l'aplication MyPal — MyPal
  • L’application MyPal a été lancée en mars dernier autour de Bordeaux.
  • Elle permet de proposer une soirée chez soi, ou de trouver une soirée chez un particulier, en quelques clics.
  • Le jeune entrepreneur bordelais mise beaucoup sur la sécurité, qui sera la clé du succès de son concept.

Son ambition est « démesurée », et il s’imagine déjà développer son application à Barcelone et Berlin. « C’est mon rêve, et même changer de continent ce serait incroyable… » Mais pour le moment, le Bordelais Loris Helleux se concentre sur une étape déjà cruciale : le lancement de MyPal au niveau national, à partir du 19 juin.

MyPal est une application qui permet de proposer, ou de trouver une soirée chez un particulier. Elle a été lancée en mars dernier, d’abord dans un rayon de 100 km autour de Bordeaux. « Les retours sur les réseaux sociaux sont tellement dingues, et la demande tellement forte, que l’on a donc décidé de proposer ce service à d’autres villes » explique Loris Helleux.

En bon entrepreneur malgré ses 21 ans, et en tant que fin connaisseur des fonctionnements d’appli de type Tinder, Blablacar ou Airbnb, Loris Helleux sait toutefois que le buzz ne suffira pas à garantir le succès de son concept. « Il faut que l’exécution soit parfaite et la sécurité irréprochable » résume-t-il. Le startuper le sait d’autant plus qu’il a mis plus d’un an à « blinder » juridiquement son appli.

Pièce d’identité obligatoire

L’idée de MyPal (« Mon Pote » en anglais) est née à la fin du premier confinement, en juillet 2020. Loris Helleux, étudiant en école de commerce, devait se rendre à une soirée avec un ami. « Celle-ci a été annulée au dernier moment, nous étions dans une période où le besoin de sortir, de rencontrer du monde, était très fort, c’est là que je me suis dit qu’il existait forcément une application pour me permettre de trouver toutes les soirées disponibles, mais je n’ai rien trouvé. J’ai donc commencé à travailler à fond sur cette idée. »

Après s’être entouré d’un développeur, d’un responsable juridique, il a mis sur le marché MyPal au début de l’année. « Le concept que l’on a mis en place est que, pour proposer ou rechercher une soirée, il faut au préalable obligatoirement renseigner une pièce d’identité, explique-t-il. C’est une première barrière psychologique, et cela nous permet de pouvoir engager des poursuites en cas de problème, sachant que l’on se fait accompagner par une entreprise spécialiste dans la vérification d’identité. »

« Une manière sécurisée de rencontrer des gens »

Tout comme sur Blablacar ou Airbnb, MyPal propose également un système de notation. « Cela permet de noter la soirée, la qualité du « host » et du « guest ». On peut aussi signaler un utilisateur, ou une soirée, en cas d’incident, ou de propos dérangeant… Et enfin, nous avons un modérateur de mots, ainsi tout propos homophobe, raciste, violent, dangereux, ne peut pas être renseigné dans l’application. » Par ailleurs, l’adresse de la soirée n’est donnée qu’une fois l’invité validé. « Dans un premier temps, on indique seulement un rayon kilométrique approximatif autour du lieu. »

La cible principale de MyPal, c’est évidemment les 18-30 ans. « Mais comme on peut sélectionner deux types de soirée, « fiesta » ou « chill » , on peut aussi trouver des soirées organisées autour d’un match de foot, ou de jeux de société, cela peut intéresser des quadras également » assure Loris Helleux. On peut d’ailleurs renseigner tout un tas d’information, de l’âge des invités au type de musique diffusé, permettant d’affiner le profil des invités recherchés. « Et on s’adresse aussi aux personnes qui débarquent dans une ville, cette appli peut devenir une manière sécurisée de rencontrer des gens » ajoute Loris Helleux.

Vers une version premium

L’organisateur peut aussi y voir un bon moyen de se faire un peu d’argent. « L’hôte peut fixer un prix, ou non, à sa soirée, explique le jeune Bordelais. Il faut prendre en compte le lieu dans lequel se tient l’événement, si la nourriture est fournie ou pas… Mais pour le moment on encourage à proposer des soirées gratuites, car on est encore dans une phase de lancement, et il ne faut pas multiplier les barrières. »

La V2 de l’application devrait aller plus loin, et dessiner les prémices du business model de MyPal. « On réfléchit à proposer un système premium, avec un abonnement à 10-15 euros par mois, permettant d’accéder à une plus grande liste de soirées, ou de passer en haut de la liste d’attente si la soirée est complète… »