Bordeaux : La rue Sainte Catherine, artère commerciale la plus attractive de France

DYNAMISME COMMERCIAL Ce jeudi, Mytraffic et l’Institut des hautes études des métropoles publie un palmarès des quartiers les plus dynamiques de France. Il sacre la rue Sainte-Catherine, à Bordeaux

Elsa Provenzano
— 
Le haut de la rue Sainte Catherine est un secteur commerçant particulièrement attractif avec beaucoup de trafic piéton.
Le haut de la rue Sainte Catherine est un secteur commerçant particulièrement attractif avec beaucoup de trafic piéton. — JEAN PIERRE MULLER / AFP
  • Le haut de la rue Sainte-Catherine arrive en tête d’un palmarès sur les zones piétonnes les plus attractives, publié ce jeudi.
  • L’artère commerçante bordelaise étudiée concentre des commerces haut de gamme qui attirent des visiteurs bien au-delà de la métropole et des touristes.
  • Le niveau de fréquentation revient à un niveau d’avant la crise sanitaire, et s’établit même un peu au-dessus, dans ce haut secteur commerçant de Bordeaux.

Devant les rues Alsace-Lorraine à Toulouse et Cordeliers à Lyon, la rue Sainte-Catherine à Bordeaux arrive en tête d’un palmarès publié ce jeudi par Mytraffic, notamment spécialisé sur l’analyse des flux piétons, et l'Institut des hautes études des métropoles. L’étude s’est concentrée plus précisément sur le haut de l'artère commerçante bordelaise, la plus longue d'Europe​, qui réunit de grandes enseignes internationales. La zone étudiée représente 45.200 m2.

L’étude s’est intéressée à la fréquentation piétonne dans 80 quartiers commerçants de 21 métropoles françaises (hors Paris). A Bordeaux, dans ce secteur commerçant chic, près d’1,3 million de passages mensuels moyens ont été relevés en 2021. Et une densité de 278.000 passages par hectare et par mois a été enregistrée, contre 214.000 à Toulouse, par exemple.

Une zone de chalandise étendue

L’objectif affiché de l’étude est « d’identifier et de partager les bonnes pratiques qui ont permis à certains lieux de continuer à attirer des visiteurs au cours de l’année 2021, après deux années de confinements à répétition ». Selon l’étude, les secrets de la recette bordelaise résident notamment dans l’hyperdensité (230 commerces sur 1,2 km) et dans le pouvoir d’attractivité de ce secteur marchand, bien au-delà des frontières de la métropole. La dernière étude sur le trafic piéton dans le centre-ville de Bordeaux, menée par Mytraffic pour le compte de la CCI et de la Métropole, évalue 39 % le nombre de visiteurs venus de l’extérieur de la métropole.

Selon cette même étude, en date d’avril 2022, le trafic piéton atteint même un trafic supérieur au mois de mars 2019, avant la crise sanitaire, avec une hausse de 4 %. C’est environ 11,2 millions de passages de piétons qui ont été enregistrés dans le centre, en avril 2022. « Les chiffres sont bons, nous sommes revenus à des niveaux d’avant-crise, voire au-dessus à la fin de l’année dernière avec un retour des touristes et un redémarrage de l’hôtellerie, confirme Sandrine Jacotot, adjointe au commerce et à l’artisanat à Bordeaux. Pour autant, je suis très attentive au soutien qu’il est nécessaire d’apporter aux commerçants ».